Baxter Dury : Prince Of Tears

//Baxter Dury : Prince Of Tears

Baxter Dury : Prince Of Tears

Bon sang ne saurait mentir… Mon oeil ! Rares sont les fils de (ou filles de) rock stars  qui ont réussi à produire des œuvresà la hauteur de celle de leur géniteur(trice). On les compte à peu près sur les doigt d’une main de Django. Baxter Dury en fait partie. Depuis qu’il a repris le flambeau “sex and drugs and rock’n’roll” paternel en 2011 (Happy Soup), le petit gars de Wingrave (Buckinghamshire) n’a jamais déçu. Prince Of Tears est (déjà!) son cinquième album. Et c’est un de ses tout meilleurs ! C’est triste à dire, mais ça arrive souvent avec les disques de rupture. Rien de tel pour l’inspiration qu’un bon chagrin d’amour…  Mais contrairement à ce que pourrait laisser croire son titre, Prince Of Tears n’a rien de larmoyant. Baxter n’a pas perdu  (en plus de sa gonzesse),   son humour,  ni son talent pour trousser des chansons de moins de 3 minutes qui vous clouent sur place. Miami, qui ouvre l’album sur une ligne de basse particulièrement vicieuse, en est une. La capitale de Floride vient d’hériter d’un nouvel hymne auquel  on pensera forcément pour accompagner un diaporama ou une vidéo,  si on retourne un jour se balader sur Ocean Boulevard. Le reste de l’album n’est que grâce,  spleen et volupté. Seul défaut : le disque est honteusement court ! Heureusement il y a les quatre autres à (ré)écouter.

 

By |novembre 12th, 2017|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

onze − 7 =