Dita Von Teese

//Dita Von Teese

Dita Von Teese

Surprise ! Personne n’attendait un disque de Dita Von Teese. La reine du burlesque US, qui a érigé  le strip tease au rang d’art mineur, a beau être une ex de Marilyn Manson et avoir posé sa voix sur quelques remix (dont celui assez réussi du hit de Culture Club  “Do You Really Want to Hurt Me”), elle n’avait jusqu’à présent jamais envisagé sérieusement une carrière de chanteuse. Invitée l’an dernier au Festival de la publicité Cannes Lions par Spotify, la belle n’avait  rien dévoilé de ses projets en la matière. Tout au plus avait-on appris de ses statistiques d’écoute sur la plateforme de streaming  qu’elle écoute énormément de musique (normal dans son boulot), des disques entiers plutôt que des singles, un genre musical à la fois, plutôt des nouveautés en semaine et ses vieux favoris le week end (comme tout le monde) avec “un goût prononcé pour les voix masculines sexy». Rien qui annonce une collaboration avec le génie fantasque et barbu de l’electro pop française, Sebastien Tellier. C’est pourtant bien à lui que l’on doit le coming-out chanté de Dita. Après avoir vu son spectacle au Crazy Horse, le frenchie lui a composé des chansons qu’il lui a envoyé sans trop y croire. La belle a flashé et le disque est là. Il ressemble à ceux que Serge Gainsbourg composait jadis pour les actrices à la mode (Deneuve, Adjani, Paradis…)  et sur deux titres chantés en français (“Parfum” et “La vie est un jeu”) à ceux qu’il écrivait pour Jane Birkin. C’est plein de synthés spacy et de mélodies faciles, sexy en diable et joliment chanté, avec un duo  sur “Porcelaine”  qui n’est pas loin de rappeler celui de “La Decadanse”. “Je passerai tous mes étés allongé en pensant à toi” chantent les deux tourtereaux alanguis. C’est effectivement allongés,  si possible en bonne compagnie,  que ce disque à forte charge érotique s’écoute le mieux.

By |février 17th, 2018|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

3 × trois =