Nicky Larson

//Nicky Larson

Nicky Larson

Le pitch

Nicky Larson (Philippe Lacheau) est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

Ce qu’on en pense

Porté par les succès de Babysitting et d’Alibi.com, Philippe Lacheau a pu réaliser son rêve: adapter le manga préféré de son enfance, bercée par le Club Dorothée: Nicky Larson. N’étant pas de la même génération, on  a poussé le professionnalisme jusqu’à en regarder quelques épisodes: c’est idiot et le film en livre une transposition assez fidèle. Lacheau s’y met en scène en simili James Bond crétin bodybuildé et obsédé sexuel, avec coupe de douilles et costard flashy estampillés 80’s. Il est affublé d’une assistante plus fufutte que lui  (Elodie Fontan) qu’il persiste à croire lesbienne parce qu’elle a les cheveux courts. L’intrigue est débile, les gags pèsent des tonnes (quand un personnage percute un panneau, c’est forcément celui d’une pub Synthol) et visent systématiquement en dessous de la ceinture. Mais la réalisation cartoonesque invite à ne pas trop prendre l’affaire au sérieux. Question pastiche,  on est quand même assez loin d’OSS 117 version Hazanavicius, voire de Johnny English. Mais le film devrait plaire aux nostalgiques du Club Dorothée et aux enfants qui pourraient regarder l’émission aujourd’hui, si elle existait encore. Pour les autres, un défilé de guests (Pamela Anderson, Didier Bourdon, Gérard Jugnot, Audrey Lamy, Chantal Ladesou, Medi Sadoun, Raphael Personnaz et… Dorothée herself !) permet de faire passer le temps en attendant la fin. 

By |février 7th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

4 + quatre =