Une Intime conviction

//Une Intime conviction

Une Intime conviction

Le Pitch

Depuis que Nora (Marina Foïs) a assisté au procès de Jacques Viguier (Laurent Lucas), accusé du meurtre de sa femme, elle est persuadée de son innocence. Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau (Olivier Gourmet) de le défendre pour son second procès, en appel. Ensemble, ils vont mener un combat acharné contre une toujours possible erreur judiciaire. Mais alors que l’étau se resserre autour de celui que tous accusent, la quête de vérité de Nora vire à l’obsession.

Ce qu’on en pense

Le film de procès est un genre dans lequel réussissent assez bien les réalisateurs américains, plus rarement les Français. Pour son premier long-métrage, Antoine Raimbault s’en tire avec les honneurs. Sa reconstitution du procès d’appel de l’affaire Viguier est particulièrement réaliste et réussie. Tout sonne juste. A commencer par la prestation étonnante d’Olivier Gourmet, qui campe un Me Dupont Moretti plus vrai que nature. Certes, le personnage de Nora (Marina Foïs), ex-jurée du premier procès obsédée par l’affaire au point de vouloir à tout prix prouver l’innocence de l’accusé, est totalement fictionnel. Il n’est là que pour servir la dramaturgie et donner un partenaire de jeu à Olivier Gourmet. Mais tout le reste respecte parfaitement le déroulé du procès, dont on comprend très bien les tenants et les aboutissants avec, au centre des débats, la question cruciale de la présomption d’innocence. Passionnant.  

 

By |février 7th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

3 × 4 =