La Goûteuse d’Hitler

//La Goûteuse d’Hitler

La Goûteuse d’Hitler

Par M.A.B

En 2014, peu avant de mourir , Margot Woelk ,une vieille allemande, révèle ce qu’elle avait choisi de taire toute sa vie : En 1943, à l’âge de vingt-six ans, elle fut enrôlée avec neuf autres jeunes femmes pour être goûteuse d’Hitler.  La romancière italienne Rosella Postorino n’a pas eu le temps de la rencontrer avant son décés à 93 ans. Mais elle a fait du récit authentique, de la vieille dame, un roman historique sur la survie.  A l’époque, Hitler est terré dans la Tanière  du Loup, son quartier général de Prusse orientale, redoutant autant l’avancée des Russes que la trahison de siens. Auprès de lui, tout près des  cuisines, dix femmes encadrées par les SS et rémunérées 300 marks, goûtent chacun de ses plats, la faim et la peur au ventre. Rosa, le personnage inspiré de Margot Woelk, s’exécute comme les autres « S’il y a une chose que vous appreniez dans l’Allemagne nazie c’est que l’on ne discute pas avec les SS » dira-t-elle. Elle a conscience de risquer sa vie à chaque bouchée mais se satisfait quand même de « goûter une nourriture tout simplement extraordinaire »  alors que l’Allemagne entière vit dans le rationnement. Entre la terreur du poison et les larmes de joie de la survie, ce rôle durera deux ans, sans que jamais Rosa ne rencontre le Führer. Or  le roman de Rosella Postorino va plus loin. Il revisite les relations des goûteuses entre-elles. La façon dont elles étaient malmenées par les SS. Il inscrit leurs histoires intimes dans la grande histoire. Notamment l’attentat raté du 20 juillet 44 . L’avancée des Russes et le train de Goebbels qui permit à Rosa de s’échapper de la Prusse et de retrouver sa ville de Berlin. Le récit traduit de l’italien est écrit très simplement. Parfois un peu trop délayé. Mais il éclaire une fois encore sur la personnalité d’Hitler et sur les conditions de vie au cœur du pouvoir nazi.

By |février 10th, 2019|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 × 1 =