Mortal Kombat 11

//Mortal Kombat 11

Mortal Kombat 11

Au début des années 1990, « Mortal Kombat » s’imposait comme le principal concurrent de « Street Fighter II ». Moins technique mais nettement plus gore, la saga s’est surtout fait connaître par ses Fatalities, exécutions d’une violence extrême, déclenchées en appuyant sur une combinaison de touches plutôt complexes. Près de trente ans plus tard Liu Kang, Sub Zero, Scorpion & co reviennent dans un onzième  opus abouti, propre à ravir les adeptes du online, de la compet’ mais aussi le gamer solitaire, grâce à une pléthore de modes de jeu. Au fil du temps NetherRealm studio a su imposer son style dans le Versus-Fighting. En alternant les « Mortal Kombat » et les « Injustice » autour des héros DC, la boite a trouvé un bon équilibre en captant l’essence de ces univers. Les développeurs ont, par exemple, été parmi les premiers à intégrer un véritable mode histoire. On le retrouve donc logiquement ici. Plutôt classique dans son déroulé avec une cinquantaine de combats entrecoupés de longues cinématiques, il occupe une grosse après-midi et réussit sa mission divertissement. Le côté série Z sanglant, souvent granguignolesque est parfaitement assumé et le scénario totalement aware multiplie les face à face entre les nouvelles et les anciennes versions des warriors. Passer par le tutoriel reste cependant une étape importante pour découvrir toutes les nouveautés de cet opus. En plus des coups (avant / arrière), choppes et autres pouvoirs traditionnels, l’arrivée du Fatal Blow (qui remplace le X-Ray) est propice aux renversements de situations. Cet enchaînement puissant se déclenche en appuyant sur deux gâchettes (L2 et R2) lorsque votre barre de vie devient critique. Seule contrainte : il est utilisable une fois par combat. A user à bon escient donc.

Pour le reste, c’est classique mais spectaculaire, nerveux et fort joli avec des arrières plans soignés. On note aussi des interactions avec le décor ou des brutalities sauvages pour terminer le fight comme il se doit. Les fatalités suscitées sont toujours de la partie et font dans la démesure. Seule ombre au tableau dans le gameplay, on ne se protège pas en allant vers l’arrière mais en appuyant sur un bouton. Plutôt que de proposer un mode arcade lambda, « Mortal Kombat » reprend son système de tours, qui nous invite à enchaîner les adversaires en plus ou moins grand nombre, selon plusieurs niveaux de difficultés. Et comme certaines de ces tours sont temporaires et regorgent de défis (pluie d’acide, sang qui régénère l’ennemi, jet de feu…), on y revient souvent pour s’améliorer avant de tenter sa chance en ligne. Ce mode est un excellent moyen d’accumuler de la monnaie virtuelle pour débloquer certains éléments dans la fameuse Krypte aux 1001 trésors. Entre des aides temporaires (pour regagner son énergie par exemple), variantes de costumes ou ajout d’images dans la galerie, il y a largement de quoi trouver son bonheur. Le roster est riche de 25 personnages connus… ou pas encore ! Les petits nouveaux : Geras, la déesse Cetrio ou Kollector, un serviteur de Shao Kan s’insèrent parfaitement au casting, dont certains membres emblématiques tel Goro manquent à l’appel. Chacun de ces anti-héros possède aussi plusieurs variantes, avec des frappes distinctes et des éléments de customisations améliorent certains de leurs atouts. Agréable, efficace, plein de punch… « MK11 » sans renouveler la formule, l’améliore sensiblement et s’impose logiquement comme l’un des beat’em all de l’année. (Jeu testé sur PS4 Pro)

By |avril 23rd, 2019|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

4 × deux =