Just Charlie

//Just Charlie

Just Charlie

Le pitch 

Charlie (Harry Gilby) vit à Tamworth, une petite ville anglaise où tout le monde se connaît. C’est un adolescent destiné à un bel avenir dans le football et son père  (Scot Williams) voit en lui le professionnel qu’il n’a jamais pu être. Mais Charlie se retrouve tiraillé entre le désir de répondre aux attentes de son père et le fait qu’il se sent emprisonné dans le corps d’un garçon. En proie à une crise identitaire, la relation précieuse qu’il avait alors avec son père se dégrade et c’est tout son univers qui est sur le point de basculer, y compris sa future carrière de footballeur…

Ce qu’on en pense 

La question du (trans)genre agite le monde du cinéma. Après Lara,  le jeune héros de Girl qui voulait devenir danseuse de ballet, voici Charlie, qui aurait pu devenir professionnel de football. Repéré par le club de Manchester City –  pour la plus grande fierté de son papa frustré de ne pas avoir fait carrière- Charlie tarde à donner sa réponse. Au lieu de redoubler d’efforts sur le terrain, il sèche les entraînements et se cache pour s’habiller avec les vêtements de sa grande sœur et se maquiller. Fatalement, la vérité éclate : Charlie se sent fille dans le corps d’un garçon. Le monde s’écroule pour son père et pour son meilleur pote qui se sentent trahis. Soutenu par l’amour de sa mère et de sa sœur, Charlie choisit avec courage d’assumer au grand jour sa nouvelle identité et entreprend de reconquérir l’affection et la confiance de son père et de son ami…  Premier film de la réalisatrice anglaise Rebekah Fortune, Just Charlie  emprunte les codes des séries pour ados et des comédies romantiques pour traiter de la question du genre, de l’acceptation de soi et des différences. Un choix , semble-t-il,  payant puisque le film a reçu le prix du public dans plusieurs festivals européens dont celui d’Edimbourg. La prestation, en garçon puis en fille, du jeune Harry Gilby mérite également des éloges. De même que l’ensemble du casting , très homogène. On peut regretter  que le scénario joue un peu trop la facilité,  en tirant systématiquement sur toutes les cordes sensibles à sa portée et que la mise en scène soit aussi quelconque. Mais le film a l’avantage de traiter un sujet délicat en se mettant à la portée du grand public sans verser dans la caricature

 

 

By |mai 15th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

trois × deux =