Yves

Yves

Le Pitch

Loseur patenté et rappeur en devenir, Jérem (William Lebghil) s’installe dans la maison de sa mémé pour y composer son premier album. Il est démarché par So (Doria Tillier), enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool, qui le persuade de prendre à l’essai un réfrigérateur intelligent, baptisé Yves, censé lui simplifier la vie.Effectivement, Yves va tout faire pour Jerem, voire à sa place. Comme composer des tubes qui lui permettront de devenir riche et célèbre et de gagner l’Eurovision… 

Ce qu’on en pense

On sait désormais ce qui nous reste à faire pour gagner l’Eurovision : y présenter un frigo ! Surfant sur le débat entre Intelligence artificielle et créativité, Benoît Forgeard (Gaz de France) signe une comédie (forcément) rafraîchissante et dans l’air du temps, qui lui a valu une sélection à la Quinzaine des réalisateurs. Cousin glandeur d’Orelsan et Gringe dans Comment c’est loin, William Lebghil y campe un jeune rappeur qui fait une croix sur ses principes pour se vautrer dans le succès facile. Mais que vaut le succès que l’on n’a pas gagné ?Un sujet du Bac 2025, que le réalisateur traite en tirant, hélas, un peu à la ligne (1h47) et en se vautrant à son tour dans l’humour le plus facileDommage, car ça commençait plutôt plaisamment, avec des dialogues bien envoyés, une BO rigolote (« Carrément rien à branler » pourrait devenir le tube de l’été) et des rôles sympas pour Lebghil, Doria Tillier et l’épatant Philippe Katerine.

 

By |juin 27th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

18 − sept =