Face à la nuit

//Face à la nuit

Face à la nuit

Le pitch

Trois nuits de la vie d’un homme. Trois nuits à traverser un monde interlope, qui ont fait basculer son existence ordinaire. Il est sur le point de commettre l’irréparable. Mais son passé va le rattraper…

Ce qu’on en pense

Après un coup de mou au début de la décennie, le cinéma asiatique revient en force. Dans le sillage des Bong Joon-ho (Parasite), Wang Xiaoshuai (So Long, My Son),  Sang Ho Yeon (Dernier Train pour Busan), Dong Yue (Une pluie sans fin)  et  Diao Yinan (Black Coal, Le Lac aux oies sauvages),  voici un prometteur nouveau venu  : Wi Ding-ho. Face à la nuit, son premier film à sortir en France,  a décroché d’emblée le Grand Prix du festival policier de Beaune. Une distinction méritée pour ce polar psychologique qui aurait pu être en sélection officielle à Cannes. Il  raconte à l’envers, façon Irreversible, 40 années de la vie d’un homme, résumées à 3 nuits marquantes… la première étant située dans le futur !  Superbe réalisation, photo magnifique, direction d’acteurs impeccable, ambiance plombée… Si on a un peu de mal à rentrer dans la première partie (malgré une première scène choc, ne ratez pas le début de la séance !),  la dernière nous cueille par sa puissance dramatique et permet de réévaluer les deux autres.

By |juillet 10th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

quatre × 1 =