Vita & Virginia

//Vita & Virginia

Vita & Virginia

Le pitch

Virginia Woolf (Elisabeth Debicki) et Vita Sackville-West (Gemma Arterton) se rencontrent en 1922. La première est une femme de lettres révolutionnaire, la deuxième une aristocrate mondaine. Quand leurs chemins se croisent, l’irrésistible Vita jette son dévolu sur la brillante et fragile Virginia. Commence une relation passionnelle qui fait fi des conventions sociales et de leurs mariages respectifs. La fascination que Virginia ressent pour Vita, l’abîme entre sa vie d’artiste et le faste de l’excentrique aristocrate donneront naissance à « Orlando », une de ses œuvres maîtresses, bouleversante réflexion sur le genre et sur l’art…

Ce qu’on en pense

Un « film en costumes » à l’anglaise, dans toute sa splendeur empesée, avec un casting parfait, des costumes somptueux, des décors aristocratiques et des dialogues ampoulés. Malgré tout, on se régale de voir la pulpeuse Gemma Atterton (qui coproduit le film à son avantage) jouer au chat et à la souris avec la fragile et évanescente Elisabeth Debicki dans le rôle de l’écrivain Virginia Woolf. Entre biopic féministe, comédie de mœurs, drame romantique et réflexion sur la création littéraire, l’anglaise Chanya Button coche studieusement toutes les cases du cahier des charges. Sans craindre de charger la barque mais la menant à bon port.

By |juillet 11th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 × trois =