L’Oeuvre sans auteur

//L’Oeuvre sans auteur

L’Oeuvre sans auteur

Le pitch

À Dresde en 1937, le tout jeune Kurt Barnet (Tom Shilling) visite, grâce à sa tante Elisabeth, l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi. Il découvre alors sa vocation de peintre. Dix ans plus tard en RDA, étudiant aux Beaux-arts, Kurt  peine à s’adapter aux diktats du « réalisme socialiste ». Tandis qu’il cherche sa voix et tente d’affirmer son style, il tombe amoureux d’Ellie (Paula Beer). Mais Kurt ignore que le père de celle-ci, le professeur Seeband (Sebastian Koch), médecin influent, est lié à lui par un terrible passé

Ce qu’on en pense

Quelle méchante idée que d’avoir scindé en deux parties, pour sa sortie en France, ce film magnifique qu’il faudra aller voir à deux séances différentes et, donc, payer deux fois ! Certes, 3 heures de projection cela peut être dissuasif. Mais on a vu des films d’ 1h20 qui nous ont paru durer deux fois plus. Révélé en 2007 avec La Vie des autres (Oscar du meilleur film étranger), Florian Henckel von Donnersmarck prend, certes, son temps pour raconter le destin de ce peintre allemand, inspiré de Gerhard Richter.Mais, ce faisant, c’est trente ans d’histoire d’Allemagne qu’il remonte, de 1937 au milieu des années 60. Dans une reconstitution d’époque parfaite et avec un casting épatant. À voir absolument, même en deux fois

By |juillet 18th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-neuf − deux =