L’affaire Pasolini

//L’affaire Pasolini

L’affaire Pasolini

Le pitch

Pendant l’été 1975, Pier Paolo Pasolini (Massimo Ranieri)  termine le montage de son dernier film, Salò ou les 120 journées de Sodome et travaille sur un nouveau projet encore plus sensible. Son œuvre suscite de fortes polémiques et provoque des débats par la radicalité des idées qu’il y exprime. Au mois d’août, le négatif original du film est dérobé et une rançon importante est exigée. Prêt à tout pour récupérer son film, Pasolini va se laisser enfermer dans une terrible machination qui le conduira à sa perte.

Notre avis

David Grieco fut l’assistant de Pasolini jusqu’à sa mort tragique en 1975. Il a toujours été persuadé que la version officielle de la mort de son mentor (écrasé par un de ses amants occasionnels ) était mensongère et qu’il s’agissait en fait d’une machination des services secrets, en lien avec la loge P2,  sur laquelle le cinéaste avait eu le tort d’enquêter. C’est la thèse que défend le film avec force détails, sous la forme d’un drôle de « biopic d’espionnage » aux couleurs et à la mise en scène très seventies. L’impression « vintage » qu’il laisse est encore renforcée par la musique de Pink Floyd (tirée de l’album Atom Heart Mother), dont le réalisateur a obtenu les droits (alors que le groupe les a toujours refusés) pour l’aider, explique-t-il, à obtenir la réouverture de l’enquête sur l’assassinat de Pasolini.

By |août 22nd, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

9 + quatre =