Little Joe

//Little Joe

Little Joe

 Le pitch

Alice (Emily Beecham), mère célibataire et phytogénéticienne chevronnée travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante dégage des effluves qui rendent les gens heureux. Enfreignant  le règlement intérieur de sa société, Alice offre une de ces fleurs à son jeune fils, Joe. Mais, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes: et si cette plante n’était finalement pas aussi inoffensive et bienfaisante qu’on l’avait cru?

Ce qu’on en pense

Emule de Michael Haneke, dont elle fut l’étudiante et la script, Jessica Hausner (Lovely Rita, Amour fou) a fait ses débuts en compétition officielle à Cannes, cette année, avec ce thriller d’anticipation original dans lequel les manipulations génétiques se font sur des plantes,  mais avec des conséquences tout de même assez néfastes sur les êtres humains. Mise en scène au cordeau, suspens hitchcockien, direction artistique rigoriste et musique stressante, c’est du bon cinéma autrichien.Il y manque juste un peu d’âme et d’humanité. Dans le rôle de la phytogénéticienne par qui le désastre arrive, Emily Beecham, vedette des séries britanniques, a décroché à Cannes un prix d’interprétation qui a surpris tout le monde. Elle y compris. 

 

 

 

By |novembre 14th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 × un =