Vivre et chanter

//Vivre et chanter

Vivre et chanter

Le Pitch

Zhao Li (Zhao Xiaoli) dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. S’engage alors une lutte pour la survie de leur art

Ce qu’on en pense

Marchant sur les brisées de son compatriote Jia Zhang-ke, Johnny Ma (Old Stone) raconte à son tour l’urbanisation galopante et la perte des repères traditionnels de la Chine moderne. Il le fait à travers une troupe d’opéra dont le  théâtre (un hangar qui sert à la fois de salle de spectacle de local de répétition, de cuisine et de dortoir)  est menacé de démolition,  en même temps que les autres maisons du quartier en pleine rénovation. Symbole du monde ancien,  avec sa culture traditionnelle et ses vieux clients qui y viennent en voisin leur pliant sous le bras, l’opéra est dirigé par une  directrice pas commode (Zhao Xiaoli),  qui refuse le modernisme et n’accepte pas de se plier aux nouvelles directives municipales. Pressentant le naufrage, les acteurs commencent à quitter le navire et la jeune vedette de la troupe Dan Dan (Gan Guidan) ne reste que  parce que Zhao est sa tante et qu’elle l’a élevée. La métaphore entre Chine traditionnelle et Chine moderne est facile,  mais elle fonctionne et on s’attache à cette troupe qui vit en famille comme celle d’un cirque. Johnny Ma filme la transformation du quartier et celle de la vie de la troupe avec un art consommé du cadrage et un soin particulier à la photo. Les séquences de spectacle fournissent un contrepoint onirique et coloré au réalisme de l’ensemble. De loin le plus beau film de la semaine. 

 

 

 

By |novembre 20th, 2019|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 + dix-huit =