Merveilles à Montfermeil

//Merveilles à Montfermeil

Merveilles à Montfermeil

Le pitch

Joëlle (Jeanne Balibar) et Kamel (Ramzy Bedia) font tous deux partie de l’équipe municipale de la nouvelle Maire de Montfermeil, Emmanuelle Joly (Emmanuelle Béart), mais ils sont en instance de divorce. Alors que toute l’équipe travaille d’arrache pied à la mise en œuvre d’une nouvelle et très surprenante politique (dont la pierre angulaire est la création de la « Montfermeil Intensive School of Languages »), le couple se chamaille et se déchire. Leur amour renaîtra-t-il à l’occasion de la Fête de la Brioche ?

Ce qu’on en pense

Épatante en commissaire de police dragueuse dans Les Misérables de Ladj Ly, Jeanne Balibar retrouve Montfermeil pour sa première réalisation en solo. Pas sûr que la cité lui en soit reconnaissante. Non contente de ridiculiser l’action des élus locaux, cette satire politique grossière donne une image débilitante de la cité et de ses habitants. La farce est un registre décidément difficile à manier.Avec Notre Dame, Valérie Donzelli ne s’en tire finalement pas si mal en comparaison. Ici, on a réellement de la peine pour les acteurs embarqués dans cette pathétique ineptie. A commencer par la malheureuse Emmanuelle Béart, qui fait pitié en maire au bord de la crise de nerfs. Sa scène de pétage de plombs est un moment de ridicule dont elle aura du mal à se relever. Mathieu Amalric n’est pas mal non plus en maire-adjoint, adepte du short ou du kilt… Pour amateurs de navets cosmiques ! 

By |janvier 9th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

5 × 5 =