Portrait de la jeune fille en feu

//Portrait de la jeune fille en feu

Portrait de la jeune fille en feu


Le pitch 

Au 18e siècle, en Bretagne, Héloïse (Adèle Haenel), fraîchement sortie du couvent, doit être mariée. Afin de décider le futur époux, qui ne l’a jamais vue, sa mère (Valeria Golino) a imaginé de faire peindre son portrait par Marianne (Noémie Merlant), une jeune artiste parisienne. Celle ci arrive dans l’île où la famille a élu résidence pour apprendre qu’Héloïse refuse de poser et qu’elle devra la peindre à son insu, en se faisant passer pour une dame de compagnie. Un stratagème vite éventé : troublée de l’attention que lui porte Marianne, Héloïse en tombe peu à peu amoureuse

Ce qu’on en pense

Pas facile d’être une femme au 18e siècle ! Mère et veuve (Valeria Golino) il vous faut trouver un bon parti à votre fille pour assurer vos vieux jours. Jeune et jolie bourgeoise (Adèle Haenel), vous êtes juste bonne à marier. Servante et enceinte de votre premier amant (Luana Bajrami), il vous faudra cacher votre condition à la patronne et recourir aux services d’une faiseuse d’ange pendant son absence. Artiste de talent (Noémie Merlant), les grands motifs vous seront interdits, car aucun homme ne voudra poser pour vous. Vous serez condamnée à enseigner (à d’autres femmes) et à effectuer des portraits de commande… Peintre de la condition féminine (La Naissance des pieuvres, Tomboy Bande de filles), Céline Sciamma brosse ce double portrait de femmes en une série de croquis flamboyants. Elle filme le trouble féminin, les regards et les soupirs comme personne. Son film à la beauté formelle d’une toile de maître, la sûreté d’une esquisse au fusain et le charme excitant d’un nu érotique. Adèle Haenel, que la réalisatrice avait révélée dans La Naissance des pieuvres, est une fois de plus prodigieuse. Après Curiosa de Lou Jeunet et Les Drapeaux rouges de Nathan Ambrosioni, Noémie Merlant confirme qu’elle est une des valeurs montantes du cinéma français. Toutes les deux méritaient un prix d’interprétation féminine ex-aequo à Cannes, où le film était en compétition.Le jury a préféré décerner au film un prix du scénario qui consacre, certes, sa portée militante, mais minore sa beauté formelle et sa richesse émotionnelle. Un des plus beaux films de 2019. 

 

 

By |février 19th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 × cinq =