J’ai perdu mon corps

//J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Le Pitch

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire…

Ce qu’on en pense

Reparti de Cannes avec un Grand Prix de la semaine de la critique, Grand Prix et Prix du public au festival d’Annecy ce premier long métrage d’animation signé Jeremy Clapin est, après La Tortue rouge, Ernestine et Celestin  et quelques autres ,  une nouvelle preuve de l’excellence de l’animation française. Ici,  le charme tient autant au dessin (réalisé en 2D sur de l’animation 3D) qu’au scénario, adapté par lui même du roman Happy Hand de Guillaume Laurant, collaborateur de longue date de Jean Pierre Jeunet. On retrouve l’étrangeté mélancolique de l’univers de Jeunet dans cette histoire d’une main coupée qui cherche son propriétaire dans Paris, montée en parallèle avec celle du jeune orphelin Naoufel qui se fait embaucher par un ébéniste pour conquérir sa nièce. Autant dire que le suspens sur le propriétaire de la main coupée dure moins longtemps que le charme  de ce petit film poétique sur la perte et la solitude urbaine…

By |mars 6th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

seize − quatorze =