L’Agent immobilier

//L’Agent immobilier

L’Agent immobilier

Le pitch

Agent immobilier fauché et sans talent, père et ex-mari défaillant, Olivier (Mathieu Amalric) hérite à la mort de sa mère d’un immeuble à l’abandon en plein Paris. Accaparé par son père (Eddy Mitchell) qui gère mal le décès de son épouse, Olivier tente de prendre possession de son héritage mais c’est sans compter la présence d’une locataire (Nicole Shirer) qui n’a aucune intention de quitter les lieux.

Ce qu’on en pense

Alléché par les noms de Shira Geffen et Etgar Keret, dont le premier long métrage Les Méduses avait emporté la Caméra d’or au Festival de Cannes, on est allé sur Arte.tv découvrir, avant sa diffusion sur la chaîne,  cette nouvelle série qui met en scène un Mathieu Amalric mal rasé,  aux cheveux gras et à l’air hagard,  dans le rôle d’un agent immobilier totalement largué,  aux prises avec un père bambocheur (Eddy Mitchell égal à lui même, c’est à dire mauvais acteur) et un héritage trop gros pour lui. Grosse déception ! Il faut vraiment faire de gros efforts pour s’intéresser aux gesticulations ineptes des personnages (tous plus repoussants les uns que les autres) de cette mini série en 4 épisodes,  dont les scénaristes n’avaient, semble-t-il, qu’un mot d’ordre : décontenancer à tout prix le spectateur. A trop vouloir jouer le décalage permanent, L’Agent immobilier nous a perdu à la moitié  du premier épisode (quand le poisson commence à parler)  et il nous a fallu faire un rude effort pour venir à bout des trois suivants. A moins d’adorer Mathieu Amalric,  mieux vaut zapper ce laborieux nanar. 

By |mai 7th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

treize − 9 =