Sa dernière volonté

//Sa dernière volonté

Sa dernière volonté

Le Pitch

Mise sur la touche à couvrir la campagne présidentielle de Ronald Reagan, Elena McMahon (Anne Hathaway), reporter de guerre au Washington Post accepte de remplacer son père malade (Willem Dafoe) pour une affaire qu’il doit conclure en Amérique du sud. Elle compte en profiter pour continuer à enquêter sur les livraisons d’armes aux contras du Nicaragua, sans se douter qu’elle va se retrouver au coeur du trafic

Ce qu’on en sait 

Après Mudbound, portrait d’une famille d’agriculteurs du Mississippi, sorti en 2017 sur Netflix, la réalisatrice américaine Dee Rees signe pour la plateforme ce thriller politique qui renvoie aux années Reagan et à la guerre du Nicaragua. D’abord séduit par la patine très “années 70”  du film,  on se laisse entrainer à la suite de l’héroïne, incarnée par Anne Hathaway,  entre Washington, Miami, le Nicaragua et les Caraïbes, où,  entre deux meetings de Reagan, elle enquête sur un trafic d’armes fomenté par la CIA au profit des Contras. Hélas,  l’intrigue et la réalisation sont si confuses qu’on n’y comprend rien. Le scénario se perd dans un dédale de pistes narratives inutiles et encombrantes. Anne Hathaway est à peu près crédible dans le rôle de la reporter,  mais Willem Dafoe, qui joue son père,  et Ben Affleck, en agent de la CIA, héritent de rôles totalement caricaturaux. Dommage car, dans ses bons moments,  le film renvoie à un cinéma qu’on a beaucoup aimé. 

By |mai 12th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

9 − quatre =