2040

2040

Après le succès de Sugarland, dans lequel il dénonçait la malbouffe et les excès de sucre dans l’alimentation, Damon Gameau s’attaque dans ce nouveau documentaire au réchauffement climatique et à l’épuisement des ressources. Comme Mélanie Laurent et Cyril Dion l’avaient fait dans Demain (2015), le documentariste Australien a choisi de mettre l’accent sur les solutions innovantes plutôt que sur l’étendue du problème. À quoi pourrait ressembler le monde dans vingt ans (2040) si nous adoptions les solutions déjà disponibles pour le traitement de la nourriture, de l’énergie et de l’éducation ? Pour répondre à la question, Gameau a parcouru le monde à la recherche des expériences les plus prometteuses ou originales : un réseau d’électricité solaire indépendant en Inde, des flottes de voitures autonomes en autopartage, des expériences de régénération des océans par les algues, des programmes pour scolariser plus de filles dans les pays du tiers-monde qui font chuter le taux de natalité et régresser la pauvreté… Se mettant toujours volontiers en scène (moins que dans Sugarland, cependant), le réalisateur propose un voyage initiatique et ludique, à l’intention des jeunes générations, pour leur permettre de prendre leur destin en main. Parce qu’ « on peut voir partout où on regarde des raisons d’espérer » (sic).  Un peu naïf et superficiel, sans doute, mais ça fait du bien de croire que tout n’est pas perdu… 

By |mai 27th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-huit + 9 =