De Gaulle

//De Gaulle

De Gaulle

Le pitch

Mai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle (Lambert Wilson), fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l’Histoire. Sa femme, Yvonne  (Isabelle Carré), est son premier soutien, mais très vite les évènements les séparent. Yvonne et ses enfants se lancent sur les routes de l’exode. Charles rejoint Londres. Il veut faire entendre une autre voix : celle de la Résistance…

Ce qu’on en pense

Aussi étonnant que cela puisse paraître, De Gaulle est le premier biopic de cinéma consacré au Général. Il faut croire que la figure du géant de Colombey effrayait. Gabriel Le Bomin choisit de la désacraliser en s’intéressant presque plus au mari et au père qu’au militaire ou à l’homme politique. Pour cela, il circonscrit l’action dans les semaines qui précèdent l’appel du 18 juin, montrant comment, seul contre presque tous, De Gaulle choisit d’incarner la résistance à l’envahisseur nazi, alors que Pétain engageait la France dans la voie de la collaboration. Lambert Wilson et Isabelle Carré incarnent Charles et Yvonne avec crédibilité, ce qui n’était pas gagné d’avance et le film remplit ses objectifs, même si on le trouve plus efficace dans les scènes «politiques» (les face à face avec Churchill,  notamment) que dans celles d’intimité. Comme ce plan d’ouverture audacieux,  entre les draps du lit conjugal. Après l’épisode du confinement, une ressortie à la date  l’anniversaire de l’appel du 18 juin, s’imposait. 

By |juin 20th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

vingt − 16 =