Technoboss

//Technoboss

Technoboss

Le pitch 

La retraite arrive bientôt pour Luís Rovisco (Miguel Lobo Antunes), un directeur des ventes excentrique au moral inébranlable. Les chansons qu’il invente tous les jours résolvent à chaque fois les obstacles qu’il rencontre dans sa vie tumultueuse. Mais devant Lucinda (Luisa Cruz), la réceptionniste de l’hôtel Almadrava, il se retrouve à chanter sur un air bien différent

Ce qu’on en pense

En trois longs métrages (John From, L’épée et la rose, Chansons d’amour et de bonne humeur), Joao Nicolau s’est imposé comme “le Kaurismaki portugais”. Technoboss poursuit dans cette veine, avec un zeste d’Elia Suleiman, un brin de Denis Podalydes (“Comme un avion“),  une touche de Ricky Gervais , un fond de Jacques Tati et quelques notes de Jacques Demy.  Sacré cocktail ! On y fait la connaissance de Luis (Miguel Lobo Antunes, étonnant mélange de Patrick Bouchitey et de Jean Rochefort sans moustache ), commercial dans une boite de  sécurité informatique qui, à l’approche de la retraite, mène une vie insouciante, enfilant les kilomètres d’autoroute,  pour aller vendre et réparer les systèmes d’accès sécurisés que développe son (techno)boss anglais, le mystérieux Peter Vale.  Jusqu’au jour où il retrouve ,par hasard, Lucinda (Luisa Cruz) son ancien amour, réceptionniste d’un hôtel à la barrière automatique récalcitrante…  Une romance senior dont l’humour absurde,  le rythme nonchalant et les passages chantés pourront décontenancer les spectateurs non avertis, mais qui mérite d’être vue par tous. Sorti en VoD pendant le confinement, le film bénéficie de quelques projections en salles, où il est préférable de le voir pour mieux en apprécier les qualités.

 

By |juin 25th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

vingt − neuf =