La Forêt de mon père

//La Forêt de mon père

La Forêt de mon père

Le pitch

Gina (Léonie Souchaud) , 15 ans, grandit dans une famille aimante en lisière de forêt. Elle admire son père Jimmy (Alban Lenoir), imprévisible et fantasque, dont elle est prête à pardonner tous les excès. Jusqu’au jour où la situation devient intenable : Jimmy bascule et le fragile équilibre familial est rompu. Dans l’incompréhension et la révolte, Gina s’allie avec un adolescent de son quartier pour sauver son père.

Ce qu’on en pense

Un premier film sensible et en partie autobiographique,  dans lequel la réalisatrice Vera Cratzborn a mis beaucoup de sa propre histoire : celle d’une famille aux prises avec la maladie mentale du père. Un sujet pas facile, traité de manière naturaliste,  mais sans misérabilisme, ni pathos. L’histoire est racontée du point de vue de la fille aînée (Léonie Souchaud, une découverte),  adolescente en bute au regard de la société sur sa famille,  mais qui ne s’en laisse pas compter. Ludivine Sagnier et Alban Lenoir (décidément l’acteur du moment) forment un couple très crédible et participent pleinement à la réussite du film. Du bon cinéma belge.  

By |juillet 8th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

13 − 5 =