Tout simplement noir

//Tout simplement noir

Tout simplement noir

Le pitch

JP (Jean Pascal Zadi), un acteur raté de 40 ans, décide d’organiser la première grosse marche de contestation noire en France, mais ses rencontres, souvent burlesques, avec des personnalités influentes de la communauté et le soutien intéressé qu’il reçoit de Fary, le font osciller entre envie d’être sur le devant de la scène et véritable engagement militant…

Ce qu’on en pense

Ecrit comme une critique du communautarisme et inscrit dans le débat sur la place des comédiens de couleur dans le  paysage audiovisuel français, Tout simplement noir déboule sur les écrans en plein mouvement #BlackLivesMatter. Ce qui lui vaut une certaine publicité,  mais risque d’en fausser la vision pour qui attendrait une prise de position sur les brutalités policières ou le racisme. Ce faux documentaire humoristique  pointe surtout les contradictions des revendications communautaires. On y suit  les démarches maladroites d’un comédien de seconde zone (Jean-Pascal Zadi dans son propre rôle), pour organiser une marche de contestation contre la ségrégation des acteurs nopirs,  avec l’appui plus ou moins intéressé de tout ce que le cinéma français compte de personnalités de couleur (Fary, Eric Judor, Claudia Tagbo, Joey Starr, Fabrice Eboué, Lucien Jean Baptiste Omar Sy… également dans leurs propres rôles). L’occasion pour chacun de jouer avec son image en se moquant gentiment des prises de position militantes et de l’égocentrisme des acteurs. A ce jeu, Claudia Tagbo n’est pas mal mais c’est  Lucien Jean Baptiste qui va le plus loin, avec une mémorable scène de pétages de plombs en public. Fary  joue les mentors calculateurs  et Omar Sy, dont il est question pendant tout le film (jaloux de son succès et critique de son statut de “personnalité préférée des français” , Zadi ne manque pas une occasion de le débiner), fait une apparition réjouissante. Sans échapper tout à fait aux travers du film à sketchs (ou à numéros d’acteurs), Tout simplement noir se voit avec plaisir et on y rit de bon coeur. Peut-être bien la comédie de l’été.

By |juillet 8th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

deux + dix-neuf =