The Old Guard

//The Old Guard

The Old Guard

Le Pitch

Une petite bande soudée de mercenaires immortels, dirigée par la redoutable Andy (Charlize Theron), se bat depuis des siècles pour protéger les humains. Mais tandis que le groupe est engagé pour une mission des plus périlleuses, ses pouvoirs hors du commun sont soudain révélés au grand jour. C’est alors qu’Andy et Nile (Kiki Layne), tout dernier soldat à avoir rejoint l’équipe, doivent tout mettre en œuvre pour neutraliser leurs ennemis. Car ces derniers ne reculeront devant rien pour détourner les pouvoirs des immortels à leur profit.

Ce qu’on en pense

Covid oblige, le blockbuster de l’été risque bien d’être un film Netflix. Produit et joué par Charlize Theron, qui depuis Mad Max Fury Road multiplie les rôles de super woman, The Old Guard a tout ce qu’il faut pour prétendre à ce statut (et y ajouter celui de “film d’action féministe” puisque réalisé par une femme avec deux héroïnes qui se partagent les premiers rôles). Même si c’est beaucoup trop long (défaut récurrent des productions Netflix), on ne s’ennuie pas à suivre les aventures musclées de cette bande d’immortels qui, pour occuper leur éternité, ont décidé de devenir mercenaires au service de bonnes causes. Leurs projets humanitaires vont, hélas,  se heurter à la voracité d’un magnat de l’industrie pharmaceutique (Harry Melling) qui voudrait répliquer leur ADN pour commercialiser un vaccin anti-vieillissement, quitte à les disséquer vivants. D’où bastons et gunfights à gogo avec son armée privée (car tous les super riches en ont une, apprend-t-on). A la réalisation, Gina Prince-Bythewood (Love & Basketball, Act of Love) fait le job sans génie particulier,  pour mettre en images la BD dont le film est tiré. Les acteurs font le maximum pour défendre leurs personnages de BD dessinés à gros traits, surtout Matthias Schonaerts, qui  hérite du rôle le plus complexe. Charlize, en carré brun, est toujours aussi sculpturale et Kiki Layne (Si Beale Street pouvait parler, Native Son) confirme un talent qui transcende les genres dans le rôle de la bleusaille qui découvre son immortalité. Façon Marvel,  le générique de fin annonce une suite, mais on n’y croit pas trop

 

By |juillet 11th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

3 × 3 =