Angoulême 2020 : Part 1

//Angoulême 2020 : Part 1

Angoulême 2020 : Part 1

(Photo Chloé Harent)

Par Pauline Smile

Le Festival du film francophone d’Angoulême a débuté en fanfare ce week-end avec la projection des Deux Alfred de Bruno Podalydès (sortie en salles le 13 janvier) ,  de Les choses qu’on dit les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret (6 septembre) et d’Adieu les cons d’Albert Dupontel (21 octobre).

Le dernier long métrage de Bruno Podalydès, qui met en scène le réalisateur, son frère Denis et Sandrine Kiberlain,  est empli de bonnes idées pour aborder l’opposition entre  les nouvelles technologies  et les  valeurs familiales.  Mais l’ensemble reste anecdotique et les scènes ont parfois l’effet d’un assemblage désordonné, limite brouillon.

Chez Emmanuel Mouret, les histoires d’amours finissent mal…en général !  Entre petits mensonges, trahisons et grandes histoires non-consommées ou consumées à leur genèse, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait décline les thématiques chères au réalisateur Marseillais. C’est profondément doux, émotionnellement intense et fort, quoique triste. Interprété avec tact et sensibilité par Niels Schneider, Camélia Jordana, Vincent Macaigne et Emilie Dequenne, le dernier long métrage d’Emmanuel Mouret s’apprécie et se déguste comme un secret confié à demi-mots.

Dirigée par Albert Dupontel, Virginie Efira est d’une sensibilité touchante, émouvante, impeccablement fébrile. Dans Adieu les cons, elle incarne Suze Trappet, 43 ans, atteinte d’une maladie auto-immune grave qui lui laisse présager une fin de vie proche. Dès lors, elle part à la recherche de son fils qu’elle a dû abandonner à la naissance alors qu’elle avait 15 ans, en compagnie de JB (Albert Dupontel), un quinquagénaire en plein burn out et de Monsieur Blin (Nicolas Marié), un archiviste aveugle. Un trio détonnant et particulièrement attachant, ingénieusement écrit où l’humour noir si caractéristique du talentueux réalisateur-acteur-scénariste se marie sublimement à la vulnérabilité, la délicatesse et la tendresse des personnages pour former une entité forte et troublante, au point de nous faire verser une petite larme.

.

By |août 30th, 2020|Categories: Cinéma|Tags: |0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

2 × 5 =