Honeyland

//Honeyland

Honeyland

Le Pitch

Hatidze est une des dernières personnes à récolter le miel de manière traditionnelle, dans les montagnes désertiques de Macédoine. Sans aucune protection et avec passion, elle communie avec les abeilles. Elle prélève uniquement le miel nécessaire pour gagner modestement sa vie. Elle veille à toujours en laisser la moitié à ses abeilles, pour préserver le fragile équilibre entre l’Homme et la nature. L’arrivée d’une famille de nouveaux voisins va bouleverser son quotidien…  

Ce qu’on en pense

C’est en cherchant des anciens apiculteurs traditionnels pour un documentaire financé par le Nature Conservation Project en Macédoine et  l’Agence Suisse pour le Développement et la Coopération,  que  Samir Ljuma et Tamara Kotevska ont rencontré Hatidze. Âgée d’une cinquantaine d’année, l’apicultrice vit avec sa mère grabataire, sans eau ni électricité, dans une région non répertoriée des montagnes de Macédoine, inaccessible par la route bien que située à une vingtaine de kilomètres à peine de la ville de Skopje. L’idée de départ était de filmer leur mode de vie archaïque,  mais l‘arrivée d’une famille de migrants dans le voisinage a changé la donne. Le film s’est concentré sur la difficulté pour eux de cohabiter alors que les unes vivent en harmonie à la nature et les autres l’exploitent sans vergogne. Hatidze, d’abord heureuse d’avoir de la compagnie,  essaie pourtant patiemment d’apprendre à Hussein et à ses enfants à respecter son mode de vie. Mais ni les nombreuses piqûres,  ni le déclin de ses ruches ne décourage Hussein de piller les ressources pour faire (sur)vivre sa trop nombreuse famille. Magnifiquement filmé, Honeyland fait découvrir un monde ancien et oublié,  où les problématiques modernes sont pourtant présentes. Le film a reçu deux nominations méritées à l’Oscar  du meilleur documentaire et du meilleur film étranger.

 

By |septembre 16th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

un × deux =