Les Choses qu’on dit….

//Les Choses qu’on dit….

Les Choses qu’on dit….

Par Pauline Smile

Le pitch

Daphné (Camélia Jordana), enceinte de trois mois, est en vacances à la campagne avec son compagnon François (Vincent Macaigne). Il doit s’absenter pour son travail et elle se retrouve seule pour accueillir Maxime (Niels Schneider), son cousin qu’elle n’avait jamais rencontré. Pendant quatre jours, tandis qu’ils attendent le retour de François, Daphné et Maxime font petit à petit connaissance et se confient des récits de plus en plus intimes sur leurs histoires d’amour présentes et passées…

Ce qu’on en pense

Les histoires d’amours finissent mal… En général !  Ces quelques mots semblent un « joyeux » reflet des questionnements d’Emmanuel Mouret. Entre petits mensonges, trahisons et grandes histoires non-consommées ou consumées à leur genèse, les mêmes thématiques, les mêmes problématiques, les mêmes appréhensions, pondèrent le cinéma du réalisateur  Marseillais. Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait n’échappe pas à la règle. Passionnément, le « cinéaste amoureux » établit le récit des aventures de chaque personnage en alternant l’actuel et le passé, par le jeu du flashback et des voix off, des souvenirs beaux, lointains, inavoués. Chaque protagoniste est de fait, isolé dans sa mélancolie, ce que le cadre, qui se concentre sur les gros plans et les jeux de regards, n’a de cesse de renforcer. C’est profondément doux, émotionnellement intense et fort quoique triste. Faute d’avoir été sincères et trop soucieux de l’autre, à terme, personne n’est ni vraiment malheureux, ni tellement heureux et certainement pas le mieux accompagné. Toute la difficulté est là, celle de savoir quelle attitude adopter au sein du couple, comment se comporter vis-à-vis de l’autre pour qu’il soit « bien » sans se délaisser soi-même ? Comment assumer ses désirs ? Comment faire pour qu’ils ne deviennent pas routiniers et finalement éteints ? Qu’est-ce que « aimer » en fin de compte ? Le dernier long métrage d’Emmanuel Mouret, interprété avec tact et sensibilités par Niels Schneider, Camélia Jordana, Vincent Macaigne et Emilie Dequenne, s’apprécie et se déguste, tel un secret confié à demi-mots, un rêve tabou, un conte idyllique inaccessible et par conséquent, ardemment désiré. 

 

 

 

By |septembre 16th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

2 × cinq =