Drunk

Drunk

Par Philippe DUPUY

Le pitch

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure.  Si,  dans un premier temps,  les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement incontrôlable…

Ce qu’on en pense

Le cinéaste Danois Thomas Vinterberg (dont le premier film-manifeste, Festen, ressort en salles cette semaine),  avait déjà offert à son acteur fétiche, Mads Mikkelsen un prix d’interprétation à Cannes pour La Chasse. Cette fois, en plus d’une cuite carabinée, c’est peut-être à un prix de danse que l’ex-adversaire de poker de James Bond (dans l’inégalé Casino Royale) aura droit. Son solo final de Drunk, sur les quais du port de Copenhague, restera dans les annales des scènes de danse à l’écran. Jusque-là pourtant, son personnage avait du mal à se lâcher. Il a fallu qu’un de ses collègues et néanmoins amis suggère une expérience d’alcoolisation collective pour que le prof d’histoire dépressif qu’il incarne retrouve goût à la vie (et à la danse, donc). Qu’on se rassure : le nouveau film du provocateur Vinterberg ne fait pas l’apologie de l’alcoolisme. Mais, avec ses personnages,  il en explore les limites. Qui sont vite atteintes en matière d’acceptation sociale et familiale, mais pas de cinéma. Entre drame et comédie, Thomas Vinterberg signe là un de ses meilleurs films. Prosit !

By |octobre 14th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

2 × trois =