Interview: Lacoste vs Cardin

//Interview: Lacoste vs Cardin

Interview: Lacoste vs Cardin

Thomas Bornot et Cyril Montana, auteurs du documentaire Cyril contre Goliath,  étaient au  cinéma de Beaulieu le  jeudi 22 octobre dernier pour présenter leur  film, qui dénonce la main mise de Pierre Cardin sur le village de Lacoste dans le Lubéron. L’occasion de faire le point sur leur engagement… 

Avez-vous pu montrer votre film à Lacoste ? 

Heureusement ! On a fait une projection en plein air le 15 août pour la commémoration de l’abolition des privilèges. C’était tout indiqué. Cardin était au village, mais on ne l’a pas vu à la projection…  

Savez-vous s’il a pu voir le film? 

Aucune idée. Sans doute a-t-il préféré voir le sien : Cardin par Cardin pour Cardin… Mais on a rencontré son neveu   Rodrigo  par hasard à la gare de Toulon, et il  se souvenait de mon prénom. C’est peut-être un  signe ? 

L’ image de mécène de Pierre Cardin en prend un sacré coup… 

Dans son film,  il se présente comme cela : il y a 3 minutes sur Lacoste et il est persuadé d’y faire des choses magnifiques.  La réalité est bien différente : c’est celle de l’appropriation d’un village par une seule personne. Il y possède aujourd’hui une cinquantaine de maisons : toutes détruites à l’intérieur, vides ou éclairées à giorno pour y entreposer ses collections.  Le plan de départ d’un  “Saint Tropez de la culture” n’existe plus depuis longtemps. C’est de la spéculation immobilière pure et simple. Les prix de l’immobilier ont atteint de tels niveaux que la mairie ne peut même plus préempter. 

Y-a-t-il d’autres exemples en France de ce type d’appropriation? 

Il y a Bolloré aux Glénants. Saint Tropez et certains endroits en Corse connaissent ce genre de problématique. La situation de Lacoste est une métaphore du monde contemporain et des nouvelles féodalités qui y règnent. Les plus riches ont augmenté leur fortune de 450% en dix ans. La posture de Cardin à Lacoste est exemplaire d’une nouvelle caste dont la pensée est purement féodale. Il y a eux et les manants que nous sommes…

Malgré tout, le film n’est-il pas un constat d’échec ? 

C’est un appel à retrouver le goût de l’engagement et du combat collectif. On a perdu la bataille,  mais la guerre continue. On regardera ce qui se passe avec la succession quand Cardin décédera. En espérant que la moitié du village  ne se retrouvera pas vendue en package à des Russes ou des Chinois !  On fait cette tournée dans toute la France et les débats d’après projection sont passionnants. On va sans doute faire une projection pour les députés à l’assemblée nationale pour les inciter à changer la loi sur les logements vacants. Il y a  4 millions de M2 de logements vides à Paris possédés par quelques dizaines de familles. Pas étonnant que les prix flambent ici comme ailleurs. Le problème est le même partout. 

By |octobre 28th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

17 + 5 =