La vie devant soi

//La vie devant soi

La vie devant soi

Le pitch
Bari, Les Pouilles, Italie. Madame Rosa (Sophia Loren) est une femme âgée juive et ancienne prostituée. Elle accepte à contrecoeur de prendre soin de Momo (Ibrahima Gueye), un gamin des rues de douze ans,  d’origine sénégalaise. D’abord conflictuelle, leur relation va se muer en une profonde amitié…

Ce qu’on en pense

Le roman de Romain Gary a déjà été adapté avec succès en 1977 par Moshe Mizrahi, Oscar du meilleur film étranger à la clé et César de la meilleure actrice pour Simone Signoret, inoubliable Madame Rosa. Pourquoi cette nouvelle adaptation ? La réponse tient en un nom : Sophia Loren. Eduardo Ponti, qui signe sa première réalisation,  n’a probablement pas dû avoir trop de mal à convaincre sa mère de reprendre le rôle de Madame Rosa, même si la star italienne, âgée de 86 ans, n’avait plus tourné depuis une décennie. Il a bien fait,  car elle est splendide et émouvante dans le rôle de cette vieille juive qui recueille des enfants des rues. L’autre bonne idée est d’avoir transposé le roman de nos jours,  dans les quartiers pauvres de Bari (Italie),  avec un gamin Sénégalais sans papiers à la place du jeune arabe. Le texte de Romain Gary ne perd rien de sa vraisemblance,  ni de son actualité, au contraire. Dommage que la réalisation soit si scolaire et que la direction d’acteurs laisse à désirer. Mais l’histoire reste émouvante et rien que pour Sophia Loren il faut voir le film.

By |décembre 2nd, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq + 19 =