Minuit Dans l’Univers

//Minuit Dans l’Univers

Minuit Dans l’Univers

Par Ph.D

Le pitch 

En 2049, après une catastrophe planétaire qui a laissé peu de survivants et pas pour longtemps, Augustine (George Clooney), dernier occupant d’une base scientifique d’Arctique, tente l’impossible pour contacter un vaisseau d’exploration spatiale qui a exploré une planète habitable et rentre sur Terre sans savoir ce qui s’y est passé. A son bord,  cinq occupants dont une femme enceinte…

Ce qu’on en pense

On l’avait laissé astronaute dérivant dans l’espace de Gravity, revoici George Clooney dans un film de SF,  mais sur Terre cette fois (et sur Netflix). Barbu, échevelé,  livide au milieu des tempêtes (de neige), il campe un astrophysicien qui, après l’apocalypse (dont le film ne dit pas la nature) , s’accroche à l’espoir de convaincre les occupants d’un vaisseau spatial de ne pas rentrer sur Terre et d’aller plutôt coloniser la planète habitable qu’ils viennent de découvrir. A la réalisation, Mr Whatelse, signe une (science)fiction de très belle facture (magnifiques plans d’espace et de banquise), mais aussi glacée que l’Arctique et l’espace intersidéral réunis. Le scénario, pourtant adapté du roman éponyme de Lily Brooks Dalton,  manque trop de fond pour justifier les deux heures que dure le film. La fin du monde OK, mais quoi d’autre ? Pas grand-chose. On aurait préféré, aussi, que la sauveuse de l’humanité soit baptisée d’après une chanson moins nunuche que la “Sweet Caroline” de Neil Diamond. Ce n’était pas le choix qui manquait !

By |décembre 23rd, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × cinq =