Kajillionaire

//Kajillionaire

Kajillionaire

Par Philippe DUPUY

Le Pitch

Theresa et Robert (Richard Jenkins, Debra Winger) n’ont appris à leur fille unique, Old Dolio (Evan Rachel Wood), qu’à escroquer, arnaquer et voler à toute occasion. Pour leur prochain coup, ils recrutent une jolie inconnue, Mélanie (Gina Rodriguez), rencontrée par hasard. Son arrivée va dangereusement bouleverser la routine d’Old Dolio…

Ce qu’on en pense

Découverte en 2005 avec l’étonnant  Moi, toi et tous les autresMiranda July appartient à une lignée de cinéastes indépendants bien barrés, qui va de Wes Anderson à Gregg Araki en passant par Michel Gondry ou Quentin Dupieux. Kajillionaire est son troisième long métrage et son meilleur à ce jour. Il met en scène une famille qui pourrait rappeler par certains cotés celle de Parasite, la Palme d’or de Bong Joon-ho : un couple de quasi SDF qui vit d’expédients et de vols à l’étalage,  dont ils entassent le butin dans un hangar de zone industrielle régulièrement inondé par les débordements de l’usine à bulles d’à côté. Leur fille de 26 ans,  baptisée Old Dolio en mémoire d’un SDF qui avait touché le loto, est quasi autiste. Mais elle va s’ouvrir à la vie au contact de Mélanie,  une fille de son âge que sa curiosité (et peut-être déjà un petit cruch pour Old Dolio) pousse à suivre ce curieux trio. Le film se déploie en petites vignettes drolatiques où le burlesque côtoie l’absurde et le tragique. Il est porté par la performance d’Evan Rachel Woods (méconnaissable avec ses longs cheveux filasses , son jogging informe et sa voix d’outre tombe) et celle de Gina Rodriguez,  qui lui donne la réplique dans le rôle de la pétulante Mélanie. C’est drôle et émouvant et toujours surprenant : on ne sait jamais sur quoi va déboucher la scène en cours, jusqu’au final qui vous cueille par surprise et pourrait bien vous arracher des larmes de bonheur. Coup de cœur de la semaine !   

By |janvier 5th, 2021|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

un × trois =