Jonathan Coe : Billy Wilder et moi

//Jonathan Coe : Billy Wilder et moi

Jonathan Coe : Billy Wilder et moi

Par MAB

C’est une formidable bio-fiction à tiroirs. Un roman bouillant de vie qui réveille les fantômes du 20 eme siècle.  Le personnage central en est le cinéaste Billy Wilder. Peu connu sans doute des plus jeunes.. A moins que par la grâce de chaînes cinéphiles, quelques uns d’entre eux aient pu voir les impérissables « Certains l’aiment chaud » (1959) ou « Boulevard du crépuscule » (1951)  et soient restés étonnés par tant d’humour, de perspicacité et de modernité. Jonathan Coe a choisi d’évoquer cette figure emblématique du cinéma, alors que cet homme est dans ses vieux jours. Et plus précisément lors du tournage de « Fedora », son film testament. Choisi aussi de faire découvrir ou redécouvrir le réalisateur, à travers le regard d’une jeune fille totalement ignorante du septième art. Elle s’appelle Calista . En 1977, elle quitte Athènes sa ville natale, pour parcourir, sac au dos, la cote Ouest des États-Unis. Par le plus grand des hasards, elle se retrouve à la table du cinéaste et toujours plus ou moins par hasard, repart en Grèce avec lui pour lui servir d’interprète sur son film… Impossible de tout résumer de ce roman foisonnant qui commence en 2013 alors que Calista devenue mère de famille et compositrice de musique de film, se souvient de sa jeunesse. Revient ensuite à 1977 lors de sa rencontre fascinante avec le réalisateur de « Fedora », avant de plonger dans la propre jeunesse du juif autrichien Wilder, fuyant l’Allemagne nazi. Entre temps, le lecteur se sera réjoui du lien affectueux se nouant entre Billy et Calista, délecté d’une multitude d’anecdotes de tournage, de potins autour de stars tels qu’Al Pacino ou Marthe Keller, des coulisses de conférences de presse ou d’entretiens avec des journalistes locaux aux questions délirantes… On savoure surtout la maîtrise de Jonathan Coe qui rompant la narration traditionnelle , évoque le passé de Wilder sous forme de script de film. Au final,  on referme le livre  à regret, touché par la mélancolie du temps qui passe et la nostalgie d’un âge d’or disparu. Surtout à l’heure où les salles de cinéma ont toujours le rideau tiré… 

By |avril 12th, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

3 × 4 =