Le Mauvais camp

//Le Mauvais camp

Le Mauvais camp

Par Ph.D

Le pitch

En 2006 à Amsterdam, Ferry Bouman (Franck Lammers) est l’homme de main et le bras droit d’un mafieux local,  Ralph Brink (Huub Stapel) qu’il considère comme son mentor. Après l’attaque de leur local par trois hommes masqués, le gang remarque que toutes les pistes mènent à un groupe de campeurs dans le Brabant, où Ferry est envoyé pour liquider les coupables. Il retrouve alors sa région natale,  qu’il avait fuie de nombreuses années auparavant pour oublier une enfance difficile. Les retrouvailles avec sa soeur,  la vie au camping et la rencontre avec Danielle (Elise Schaap) une charmante voisine de bungalow, commencent rapidement à le tourmenter. Ses aventures vont prendre une tournure inattendue…

Ce qu’on en pense

Le Mauvais camp (Ferry en VO, du nom du héros) est, semble-t-il,  le spin off d’une série hollandaise dans laquelle l’acteur principal, Franck Lammers, joue un baron de la drogue. Dans le film, il n’est encore que le porte flingue d’un mafieux local, qu’il considère comme un père de substitution, le sien étant mort alcoolique. Le film s’ouvre d’ailleurs sur une scène dans laquelle, Ferry enfant (Fer pour les intimes) sauve sa mère des coups de son géniteur en le braquant avec son flingue. Cela suffit à poser le personnage de tueur à gages au coeur sensible qui a sans doute choisi, comme le titre française le suggère, le mauvais camp mais pour de bonnes raisons. On s’attend donc à ce que le film raconte sa rédemption. Surtout après sa rencontre avec une charmante voisine de bungalow,  avec laquelle, transformé en gentil nounours,  il joue au joli coeur entre deux règlements de comptes ultraviolents. Ferry (on préfère le titre original) vire subtilement du polar à la  romance sans trahir la psychologie de ses personnages. On ne s’étonne pas de voir un nom féminin au générique, celui d’une réalisatrice de 35 ans visiblement douée : Cecilia Verheyden. Sous ses dehors de série B de mafia, le film a une douceur et un charme fous. A l’image de la délicieuse Elise Schaap,  qui joue Danielle et dont le sourire à fossettes détournera Ferry de ses basses oeuvres. Une jolie surprise à découvrir sur Netflix.

By |juin 2nd, 2021|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-huit − dix =