Debout les femmes !

//Debout les femmes !

Debout les femmes !

Par Ph.D

Le pitch

Mais qui m’a mis cette tête de con ? ” Ce n’est pas le grand amour entre le député En Marche ! Bruno Bonnell et l’Insoumis François Ruffin. Et pourtant… C’est parti pour le premier “road-movie parlementaire” à la rencontre des femmes qui s’occupent de nos enfants, nos malades, nos personnes âgées. Ensemble, avec ces invisibles du soin et du lien, ils vont traverser confinement et couvre-feu, partager rires et larmes, colère et espoir. Ensemble, ils vont se bagarrer, des plateaux télés à la tribune de l’Hémicycle, pour que ces travailleuses soient enfin reconnues, dans leur statut, dans leurs revenus. Et s’il le faut, ils réinventeront l’Assemblée…

Ce qu’on en pense

Le nouveau documentaire de François Ruffin commence avant le premier confinement, alors qu’il se désespère de n’être toujours pas  missionné par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale pour déposer, comme il le souhaiterait,  une proposition de loi sur les “mêtiers du lien”. Lorsque l’ordre de mission arrive enfin,  il est assorti d’une moins bonne nouvelle : son co-rapporteur sera le député en marche Bruno Bonnell, un libéral, thuriféraire de la “start up nation”. “Une tête de con” comme ne le lui envoie pas dire Ruffin lors de leur première rencontre. Pourtant,  les deux hommes vont vite se trouver d’accord sur la nécessité de donner un vrai statut et un salaire décent aux auxilliaires de vie sociale.  Les voila partis pour un tour de France à la rencontre des travailleurs sociaux quand advient le premier confinement. Patatras ? Non, car dans sa fameuse allocution “Nous sommes en guerre“,  le président Macron  apporte de l’eau au moulin des deux députés : “Il faudra se souvenir des petites mains qui ont maintenu le lien social” …  Trois mois plus tard, à l’Assemblée , alors que Bruno Bonnell, Covidé, s’est fait portter pâle,  le député Insoumis Ruffin voit pourtant tous ses amendements rejetés et la proposition de loi est enterrée. Il réagit en faisant venir à l’Assemblée les travailleuses rencontrées au cours de leur périple et défendre la proposition de loi avec leurs propres arguments dans une fausse session trés émouvante. Le film l’est aussi. Il rend hommage à ces oubliées de la République, dont la condition dans “le monde d’après” n’a hélas pas changé, sinon en pire.  

By |octobre 13th, 2021|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × 4 =