Suprêmes

//Suprêmes

Suprêmes

Par Ph.D

Le pitch

1989. Dans les cités déshéritées du 93, une bande de copains trouve un moyen d’expression grâce au mouvement hip-hop tout juste arrivé en France. Après la danse et le graff, JoeyStarr (Théo Christine) et Kool Shen (Sandor Funtek)  se mettent à écrire des textes de rap imprégnés par la colère qui couve dans les banlieues. Leurs rythmes enfiévrés et leurs textes révoltés ne tardent pas à galvaniser les foules et à se heurter aux autorités. Mais peu importe, le Suprême NTM est né et avec lui le rap français fait des débuts fracassants…

Ce qu’on  en pense

Audrey Estrougo retrace la génèse du groupe qui, avec IAM,  a posé les bases du rap français,  dans ce biopic étonnament réussi. Deux jeunes acteurs inconnus (mais pas pour longtemps) Théo Christine et Sandor Funtek incarnent avec beaucoup de charisme et de conviction JoeyStarr  et Kool Shen. Le premier (JoeyStarr) est la véritable vedette du film,  qui  s’attache autant à montrer le talent des deux rappeurs qu’à décrire leur milieu familial et social. Les relations conflictuelles (le mot est faible) de Joey avec son père fournissent beaucoup de matière et expliquent, selon sa réalisatrice, le besoin de reconnaissance du rappeur en même temps que sa rebellion à l’autorité. Les séquences musicales (enregistrements et concerts) sont réussies et la description du milieu musical de l’époque est plutôt réaliste. Excellente surprise, le film devrait plaire aux vieux fans du groupe comme aux plus jeunes qui vont découvrir NTM.  

By |novembre 24th, 2021|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

2 + huit =