Toulon : L’Avare

/, Spectacles/Toulon : L’Avare

Toulon : L’Avare

Par la rédaction

Harpagon, le père, veut marier son fils Cléante à une riche veuve, et sa fille Élise à un homme mûr très riche. Mais les deux enfants ont d’autres projets amoureux et il faudra bien des luttes et des manigances, l’intelligence d’un valet, La Flèche, et d’une servante, Frosine, pour déjouer les plans du paternel tyran…  Tout en nuances dans ce personnage qui étouffe sa vie dans la crainte de la mort, Michel Boujenah est un Harpagon presque touchant. Les persiennes des jalousies laissent passer des raies de lumière blême, les hautes portes s’ouvrent sur la neige qui tombe drue. C’est l’hiver sur la ville et dans le cœur glacé de ceux que l’argent durcit, sur ces rapports humains que seul le profit motive. Même si tous les personnages sont bien vêtus de costumes XVIIe, toute ressemblance avec notre époque n’est peut-être pas fortuite… Harpagon est fou, c’est certain, mais sa solitude est un abîme; c’est un homme, en somme, et la farce se teinte de mélancolie, de métaphysique et d’universalité. Nommé aux Molières 2022 pour son interprétation dans cette adaptation magistrale de Daniel Benoin, Michel Boujenah nous régale. Il donne à L’Avare la dimension d’une grandeur tragique où petitesse et pingrerie sont drôles dans les furies et l’excès des manies, inquiétantes et cauchemardesques dans le dérèglement d’un pouvoir absolu.

By |décembre 30th, 2021|Categories: Spectacles|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

2 + 7 =