Nice: Niciensis Pinxit

//Nice: Niciensis Pinxit

Nice: Niciensis Pinxit

Par la rédaction 

Pour le cinquantenaire de sa disparition, le musée des Beaux Arts Jules Cheret de Nice présente une grande rétrospective de l’oeuvre du peintre Niçois Gustave-Adolphe Mossa (1883-1971).  Principalement connu pour son œuvre symboliste, qui offre aux regards des œuvres aussi précieuses qu’étranges et horrifiques, faisant de lui l’ultime représentant de ce mouvement artistique majeur, Mossa s’est investi avec tout autant de passion dans de nombreux autres domaines qui restaient à ce jour largement ignorés. En digne continuateur du travail de son père, l’artiste et conservateur Alexis Mossa, il s’engage pour faire connaître et vivre le patrimoine régional. Ensemble, ils défendent la création d’un musée des antiques sur la colline de Cimiez.  En linguiste et auteur régionaliste, Giustave Adolphe  compose de nombreuses pièces de théâtre en nissart. Par de fabuleuses maquettes de chars de carnaval, il fait vivre le spectacle niçois pendant des décennies, imaginant même un char des Rolling Stones. Il se passionne pour les traditions et costumes locaux et les ressuscite dans le groupe de danse folklorique de Nice La Belle, qu’il crée avec Francis Gag en 1955. Les répétitions se déroulent parfois au musée des Beaux-Arts. Ce musée, dont il fut le conservateur de 1926 à 1971, se devait, cinquante ans après son décès, de lui rendre un hommage appuyé. Le parcours de l’exposition révèle sous un jour nouveau ce créateur  à la confluence des mouvements artistiques internationaux et de la culture régionale. Une oeuvre foisonnante à laquelle on s’étonne de trouver une grande modernité. Ses fresques symbolistes pourraient avoir inspiré des auteurs de BD comme Franck Frazetta, Philippe Druillet ou Moebius… 

 

 

By |avril 11th, 2022|Categories: Expositions|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-sept − onze =