Fondation Maeght: Abstraction

//Fondation Maeght: Abstraction

Fondation Maeght: Abstraction

 

Par la rédaction

Abritant une collection de plus de 13 000 œuvres, la Fondation Maeght est toujours soucieuse et honorée de mettre en valeur d’autres collections, dont certaines sont rarement accessibles au public, comme elle l’a toujours fait par le passé. Cet été, du 2 juillet au 20 novembre, elle dévoile quelque 120 œuvres de la Fondation Gandur pour l’Art (Genève) et propose une immersion fascinante dans l’abstraction des années 1950 aux années 1980. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreux artistes européens exilés aux États-Unis retournaient en France, Paris retrouvait son statut de haut lieu de la créativité et de capitale culturelle mondiale. Poussés par une soif de liberté et une envie de repenser la peinture dans les années d’après-guerre, des artistes du monde entier retournent dans leurs ateliers, abandonnés pendant l’occupation allemande, et s’engagent dans une ère d’effervescence créative, que ce soit dans les arts , la littérature ou le cinéma. Alors que les percées des avant-gardes de la première moitié du XXe siècle ont été un inestimable stimulant d’après-guerre, l’art abstrait s’est renouvelé de l’expression la plus gestuelle à l’interrogation des matériaux, des médiums et des techniques. L’exceptionnelle collection de la Fondation Gandur pour l’Art présentée à la Fondation Maeght révèle la variété des formes embrassées par l’abstraction au cours de ces années de création. Des œuvres de Hans Hartung, Martin Barré, Simon Hantaï ou Pierre Soulages retracent l’évolution de l’art non figuratif sur quatre décennies. Dans un agencement thématique et chronologique, l’exposition invite le spectateur à découvrir l’abstraction lyrique et gestuelle de Georges Mathieu, l’expressionnisme abstrait de Sam Francis et Joan Mitchell, l’abstraction géométrique de Victor Vasarely, les œuvres cinétiques d’Alexander Calder et Jean Tinguely, jusqu’à repenser de la peinture par le groupe Supports/Surfaces. Les années 1980 ont inauguré une ère d’art abstrait revitalisé, s’appuyant sur l’expérimentation mouvementée des années précédentes. Un parcours « historique » d’une centaine de toiles majeures à effectuer jusqu’au 20 novembre dans le cadre enchanteur de la Fondation

 

 

By |juillet 5th, 2022|Categories: Expositions|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

trois × 4 =