Ninjababy

//Ninjababy

Ninjababy

Par Ph.D

Le pitch

Astronaute, garde forestière, dessinatrice… Rakel (Kristine Kujath Thorp),  23 ans, a tous les projets du monde, sauf celui de devenir mère. Quand elle découvre qu’elle est enceinte de 6 mois suite à un coup d’un soir, c’est la cata ! C’est décidé : l’adoption est la seule solution. Apparaît alors Ninjababy, un personnage animé sorti de son carnet de notes, qui va faire de sa vie un enfer…

Ce qu’on en pense

Entre Fleabag et Juno une comédie norvégienne drôlement bien troussée sur le refus de maternité. Pour son  deuxième long métrage, Yngvild Sve Flikke,adapte un roman graphique norvégien et parseme son film de petits dessins animés rigolos,  à travers lesquels l’héroine  converse avec le foetus qu’elle porte « à l’insu de son plein gré ».  Bien dialogué, bien joué, avec des personnages attachants et beaucoup d’humour, Ninjababy suit le parcours semé d’embuches de Rakel (Kristine Kujath Thorp,  une découverte) vers l’adoption…  Ou toute autre solution susceptible de la débarrasser de l’encombrant bébé.  Malgré le ton décapant, l’émotion affleure lorsque l’enfant paraît. Le cinéma norvégien ne nous avait pas franchement habitué à autant de recul et de drôlerie dans le traitement de sujets de société. La surprise n’en est que meilleure.

By |septembre 21st, 2022|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

huit − huit =