Spectacles

/Spectacles

Cannes : Ara Malikian

Spectacles|

Ara Malikian est arménien. Il à aussi été le premier violon de l’Orchestre Symphonique Royal de Madrid. Pourtant Ara a la figure burinée de ceux qui jouent dans les garages, la sensibilité d’un frère et les gestes d’un Rolling Stone. Cet artiste a grandi au sein des traditions musicales libanaises, et l’écouter… C’est plus que ça. L’écouter, c’est se laisser porter en Argentine, en Espagne ; c’est traverser l’Europe centrale et l’Amérique latine ou encore toucher du doigt les cultures arabes et juives. L’écouter c’est aussi vivre une expérience qui a marqué les plus grandes salles du monde, de Paris à Moscou, en passant par la Chine et le Japon. Bref, c’est se voir crier son nom avec la foule, comme pour une pop star. Car Ara Malikian ne passe jamais simplement quelque part. C’est un artiste engagé, qui embrasse par sa musique les valeurs et la culture des pays qu’il traverse. Ce n’est donc pas seulement son talent incontestable qui a fait de lui cet artiste mondialement reconnu et respecté, mais bien son amour des gens, des autres, de leur culture, de leur histoire.

 

Sanary : John Mayall

Spectacles|

Pionnier du blues anglais, John Mayall a lancé des guitaristes comme Mick Taylor, Peter Green et confirmé le talent d’Eric Clapton. Ses Blues Breakers ont également vu éclore des pointures comme Jack Bruce (basse) et Aynsley Dunbar (batterie). Ses albums les plus emblématiques restent Blues From Laurel Canyon (1968) et The Turning Point (1969). Nobody Told Me, son nouvel album (le 67ème de sa carrière !) est prétexte à une nouvelle tournée européenne qui passera par Sanary  le 15 octobre. Histoire de prouver que le blues est toujours bien vivant !

 

Monaco : Devi Reed

Spectacles|

Né en 1989 à Amsterdam, Devi Reed a baigné dans une double culture par ses origines hollandaises et italiennes. Il s’est déjà forgé une vaste expérience de la scène et du studio, en tant que chanteur lead du groupe reggae français « The Banyans ».C’est au sein de ce sextet Toulousain qu’il a pu distribuer deux albums nationalement mais aussi réaliser plus de 400 concerts dans une dizaine de pays, en passant par les plus grands festivals d’Europe (Reggae Sun Ska, Rototom Sun Splash, Ostroda…) ou encore par le Zénith de Paris. Toujours branché reggae,  Devi Reed a semé de belles graines au printemps 2019 avec un projet frais et audacieux. Chaque vendredi pendant un an, il  dévoile un morceau inédit, et nous accompagne au fil des quatre saisons de l’année. A chaque saison son univers.  Un projet à découvrir en Thursday Live Session le 17 octobre au Grimaldi Forum.

 

Antibes: Lorànt Deutsch

Spectacles|

Dans Romanesque, son nouveau spectacle, on va de surprises en surprises en écoutant Lorànt Deutsch faire de la langue française un véritable personnage de roman dont l’identité est en elle-même une occasion de voyage dans le temps et l’espace. Romains, Germains, Vikings, Arabes, Italiens, tous ont mis leur grain de sel pour que la langue française finisse par triompher dans toutes les cours d’Europe au XVIIIe siècle. Cette extraordinaire aventure serait-elle terminée ? Bien sûr que non, n’en déplaise aux puristes. Lorànt Deutsch en est convaincu : du bouillonnement créatif continuera d’émerger une langue vivante, ouverte à tous car la langue française est une langue d’accueil.

 

 

Vallauris : Kyle Eastwood

Spectacles|

Bassiste et contrebassiste, le fils de Clint Eastwood tient de son père la passion absolue du jazz et le talent inné de la partager. Prodigue, inventif,  d’un jeu élégant et raffiné au son chaud et profond, allant droit à l’essentiel, il explore inlassablement les possibilités de la basse, magique instrument à la fois mélodique et rythmique. Depuis son apparition sur la scène jazz internationale au milieu des années 90, c’est avec un mélange bien à lui d’indépendance, d’élégance, de ténacité et d’humilité qu’il a entrepris de tracer son propre chemin dans le foisonnement des genres et des styles constituant désormais cette musique. Dans son nouvel album, il revisite, avec une couleur jazz, les grandes musiques de film qui ont marqué sa vie de musicien et de compositeur. Le répertoire comportera des musiques qu’il a composées pour son père, notamment Gran Torino, mais également des musiques d’autres compositeurs prestigieux : Ennio Morricone, Henry Mancini, Lalo Schiffrin, John Williams, Justin Hirwitz entre autres (Impitoyable, Bullit, Lala Land, la Panthère Rose, Mission, Midnight Express, Taxi Driver, Charade, etc…)

Toulon : La Vie de Galilée

Spectacles|

Mourir pour la science ? Pas question. Si le personnage de Galilée tel que le décrit Bertolt Brecht dans cette pièce historique est si attachant, c’est parce que, loin d’être un pur esprit, la tête toujours dans les étoiles, ce savant interprété par Philippe Torreton est aussi un bon vivant profondément humain, avec ses faiblesses. Après avoir confirmé par ses recherches les découvertes de Copernic – subversives en ces premières années du XVIIe siècle – selon lesquelles, non seulement la Terre est ronde, mais de surcroît, au lieu d’être le centre de l’univers, elle tourne autour du soleil, il préfère abjurer en public le résultat de ses investigations plutôt que d’endurer les tortures de l’Inquisition. Emprisonné à vie, c’est en cachette qu’il poursuit malgré tout ses travaux scientifiques. L’Histoire, comme on sait, lui donnera raison. Claudia Stavisky monte une des plus célèbres pièces de Bertolt Brecht avec Philippe Torreton dans le rôle-titre pour deux représentations au Théâtre Liberté.

Mougins : George Dandin

Spectacles|

Le paysan George Dandin (Vincent Garanger) s’est beaucoup enrichi dans le commerce agricole. Un jour, il se paye le voyage jusqu’à Versailles, change de nom et s’achète une jeune épouse  de pauvre noblesse. La jeune épousée ne se laisse pas faire, les déboires conjugaux arrivent – un jeune homme passe par là… En trois actes, le paysan parvenu fait trois tentatives pour rester le maître à bord : trois échecs, trois humiliations dont on rit… pour ne pas en pleurer. Jean-Pierre Vincent choisit de ne pas s’apitoyer sur le sort du « pauvre Dandin » et d’adopter une vision plus féministe de la situation. Il voit en Angélique (Olivia Chatain) une jeune fille qui refuse le piège dans lequel son mariage forcé l’a enfermée. Elle n’est pas coquette. Elle veut vivre sa vie de femme, quasi militante avant l’heure. Vincent pousse la farce jusqu’au bout de la cruauté. Un formidable George Dandin – comédie féroce, drôle, pessimiste et si actuelle pour nous parler d’aujourd’hui. La cruauté de Molière qui n’a d’égal que son rire se porte bien !

Nice : Portrait de Ludmilla

Spectacles|

Dans ce double portrait de Nina Simone, icône noire américaine, et de Ludmilla Dabo, jeune comédienne-chanteuse noire française, David Lescot  interroge le destin de Nina Simone à travers Ludmilla. À la manière d’une interview, la pièce retrace le parcours de cette immense musicienne et met en lumière la lutte qu’elle a menée en tant qu’artiste et femme pour l’égalité des droits ; destin de vie qui transcende aujourd’hui le parcours personnel d’une jeune comédienne. Un portrait  où le modèle se confond avec son sujet, et donc portrait chanté de Ludmilla Dabo en Nina Simone.

 

Nice/Toulon : Pascal Obispo

Spectacles|

Début Juin 2018, Pascal Obispo révélait à son public un nouveau single pop et fédérateur intitulé ‘Chante la rue chante’, annonçant ainsi la sortie prochaine d’un nouvel album événement : Rien ne dure. Un disque riche en collaborations avec les participations de Benjamin Biolay, Calogero, Christophe, Isabelle Adjani, Youssou’n’Dour, Philippe Pascal… et d’autres invités. Un retour aux sources pour Pascal Obispo, qui revient en livrant des chansons pop teintées de rock  immédiatement accrocheuses. Il les  chante depuis en tournée,  renouant avec le succès public de ses plus belles annéese. L’ex-coach de The Voice fera escale avec son nouveau spectacle  le vendredi 18 octobre à Nikaia Nice et le 19 octobre au Zenith Omega de Toulon. Ne le manquez pas.