Prochainement

/Prochainement

Nice : Lone Redneck

Prochainement|

LONE REDNECK, c’est l’histoire d’une passion. Celle de  Rick, le chanteur pour le rock’n’roll qui est toute sa vie et pour la musique country et rockabilly, dont il maîtrise tous les accords. Après deux albums autoproduits et de multiples concerts, le groupe aujourd’hui composé de  Rick à la guitare,  LC Walker à l’harmo,  Mister H à la Basse et  Mister D à la batterie a lancé une souscription pour enregistrer à Nashville son troisième album. Après avoir organisé le dernier concert de Dick Rivers dans sa ville natale et avoir fait sa première partie, Lone Redneck  est parti pour la Terre Promise sur ses conseils  ( “Vous n’en vendrez peut-être pas un de plus mais vous aurez des souvenirs pour toute la vie“).  C’est aux mythiques Sun Studios qu’a donc été enregistré le troisième album de Lone Redneck intitulé Borderline. 14 titres très enlevés, au son cristallin, entre rockabilly, rock, country,  Stray Cats et Carl Perkins,  sur lesquels la guitare et la voix de Rick font des étincelles. Le groupe les fera découvrir au public Niçois lors d’une release party organisée le 20 décembre au Théâtre Francis Gag.

Inout serait heureux de vous  inviter au concert de lancement de l’album. Faites votre demande par mail à inoutcotedazur@gmail.com en donnant l’adresse mail de la personne qui vous accompagnera (2 places par personne après tirage au sort). 

Monaco : JP Bimeni

Prochainement|

Chanteur anglais de soul originaire du Burundi, J.P. Bimeni accompagné d’un groupe cuivré et flamboyant, les Black Belts, impressionne par une voix qui rappelle Otis Redding et dans laquelle résonne l’âme de l’Afrique. Un riff de guitare au groove entêtant, des cuivres hurlants, un orgue gospel, des rythmiques implacables et cette voix incroyable, bouleversante, « Free Me », le nouveau single de J.P. Bimeni & The Black Belts donne le ton. Entre ballades soul sensuelles et jams funk débridées, les orchestrations du directeur musical Eduardo Martinez et du songwriter Marc Ibarz nous embarquent directement dans les clubs des sixties où résonnait cette soul immortelle. A découvrir en Thursday Live session le 19 décembre au Grimaldi Forum.

 

Le Cannet: Franck Dubosc

Prochainement|

Après une première tournée triomphale en France, en Belgique et en Suisse, suivi de quinze représentations exceptionnelles au Palais des Sports de Paris, Franck Dubosc remonte sur scène avec son cinquième spectacle Fifty Fifty dès Janvier 2020. Il sera en tournée dans toute la France et à La Palestre le 15 février.
A la fois éternel séducteur aux yeux couleur océan et jeune papa poule attendri par ses deux petits super-héros, Franck Dubosc nous livre un nouveau spectacle d’une sincérité totale et d’une drôlerie imparable« J’ai 50 ans et j’aime ça!!! » assure-t-il . Vous aussi, vous allez adorer les « fifty balais and the dust » de Franck Dubosc.

Cannes : Dani Lary

Prochainement|

Célèbre pour inventer et créer ses propres tours, Dani Lary est un surdoué qui repousse sans cesse les limites techniques de son imaginaire créatif pour élaborer des numéros emblématiques au retentissement international : le piano volant, le passage à travers la matière, la double lévitation et bien d’autres encore. Mis en scène comme un récit autobiographique esquissant la carrière d’un petit garçon qui rêvait de faire de la magie et possédait le don qui allait en faire le meilleur d’entre eux, son nouveau spectacle ,Tic-Tac,  propose de revoir, ou découvrir enfin, plusieurs de ses numéros les plus spectaculaires, mais aussi de savourer un spectacle délicatement nostalgique au cours duquel il rend hommage à l’un de ses Maîtres, le grand Robert Houdin, dont il reprend le célèbre numéro de L’Oranger merveilleux créé en 1845. Pour deux représentations exceptionnelles, à la Saint Sylvestre et le jour de l’an au Palais des Festivals de Cannes.

Le Cannet : Chantal Ladesou

Prochainement|

Le rideau s’ouvre sur ses nouvelles aventures que ses enfants lui font jouer : Chantal Ladesou mère, belle-mère, grand-mère et ses quarante ans de mariage avec son mari Michel tandis qu’en coulisse le théâtre du rond-Point lui remet cette année Le Topor d’Or de La Comédienne qui « sort du cadre », que le cinéma lui fait de l’œil, qu’elle est chouchoutée, chahutée aux Grosses têtes sur les ondes par Laurent Ruquier. Voix rauque, geste innée, esprit baroque, surprenante, gaffeuse et charmeuse pour rire, sourire et se moquer en oubliant que c’est de soi elle vous fait découvrir les coulisses de l’exploit. Un show qui traverse les générations.

Nice : Brigitte Fontaine

Prochainement|

Performeuse brute,  auteur et écrivain, femme de lettres, poétesse-née, actrice, maigre paresseuse qui ne se ménage pas, ex-comparse historique d’Higelin,  telle est Brigitte Fontaine. Cette créatrice-destructrice punk pas trop nihiliste, pas trop terroriste,  qui aime les belles lettres et le bel canto, sera sur la scène du théâtre Lino Ventura le 19 décembre pour un de ces concerts azimutés dont elle détient seule le secret de fabrication. Ne la manquez pas !

Mougins: Fred Nevché

Prochainement|

Après un passage remarqué aux Nuits Carrées d’Antibes, cet été, le Marseillais Fred Nevché sera de retour sur la Côte d’azur le 1er février pour un nouveau concert à la Scène 55 de Mougins. L’occasion de parler avec lui de  Valdequeros, quatrième album voyageur, dont il jouera des extraits live.

Dans «Décibel», le long poème musical et visuel qu’il avait lâché sur Internet, comme on jette une bouteille à la mer, Fred Nevché racontait déjà ce rêve «étrange et récurrent» dans lequel il traverse la France en voiture avec Johnny comme passager… C’est devenu une chanson («Moi je rêve de Johnny souvent») de son quatrième album, Valdevaqueros, sorti sur le label de la coopérative InternExterne qu’il a fondée à Marseille : «Une forme d’hommage à celui qui a introduit la musique moderne, et pas seulement le rock’n’roll, dans notre vieux pays, explique le poète électro marseillais. Je l’ai écrite deux ans avant sa mort parce qu’il embrasse une certaine idée de la France et traverse les générations.Il était là quand je suis né, il est encore bien là et il y sera encore longtemps à mon avis.C’était un interprète hors du commun et une personnalité attachante, malgré ses travers un peu beauf, ses envies d’évasion fiscale et ses idées politiques gentiment réac…Je ne l’ai jamais côtoyé, mais j’ai effectivement rêvé que je le prenais en voiture à la sortie d’un concert et qu’on partait ensemble sur les routes. La chanson est assez représentative de ce que j’avais envie de dire et de faire dans ce nouvel album».

Après dix années de tournées incessantes, Nevché avoue avoir eu besoin d’une pause «J’étais complètement rincé et je me demandais si ça valait le coup de continuer». C’est par l’écriture poétique que le Marseillais s’est remis en selle.«Il y a d’abord eu le poème «Décibel», puis des bribes de chansons et l’envie de faire un film. Tout ça a fini par s’assembler, comme les pièces d’un puzzle, et par prendre la forme d’un projet plus large dont je savais qu’il prendrait du temps à mettre en place et à promouvoir». Après la vidéo de «Décibel», déposée sur Youtube en janvier plusieurs clips ont suivi: «Moi je rêve de Johnny souvent», «Le Besoin de la nuit» et «L’Océan»… «On a tourné un clip pour chacune des chansons de l’album, raconte Nevché. Ils  forment une histoire, avec des personnages communs». C’est Vittorio Bettini qui a réalisé le film, en 15 jours de tournage à Marseille, avec des acteurs locaux et des moyens de cinéma. Le résultat est superbe et colle parfaitement avec les chansons. Musicalement, Valdevaqueros reprend les choses où les avait laissées son prédécesseur (Rétroviseur). Le titre, Valdevaqueros, fait référence à une plage d’Andalousie où Nevché raconte avoir eu la vision de la direction à donner à sa vie, alors qu’il avait 16 ans : «C’est une plage de véliplanchiste, très ventée.Et le vent n’arrête pas de tourner. Un coup à droite, un coup à gauche… C’était assez symbolique de l’indécision dans laquelle j’étais quant-à ce que je voulais faire de ma vie». Le texte de la chanson, comme la plupart des autres sur l’album, est à tiroirs.«Au premier degré, ce sont les tourments d’un jeune homme.Mais on peut y voir aussi une connotation politique: refuser le choix imposé entre la droite et la gauche et tracer droit devant». Il y a aussi la question du genre qui traverse tout l’album .Et ce clin d’œil ironique à Jacques BrelJe ne te quitte pas»…

Depuis sa sortie, Valdevaqueros ne nous a pas quitté. On se réjouit de pouvoir en revoir  la version live Scène 55 à Mougins.

Nice: Jerome Robbins

Prochainement|

« Les danseurs classiques peuvent bouger cool. » Le chorégraphe qui s’exprime en ces termes est l’un des plus inventifs de l’Histoire de la danse. Le répertoire de Jerome Robbins aborde tous les styles : des grandes fresques abstraites comme Les Variations Goldberg, des expérimentations déroutantes telles que The Cage, des tableaux désopilants comme The Concert, et enfin le mythique West Side Story… Toute sa vie, l’insaisissable chorégraphe fera le grand écart entre le classique et la comédie musicale, le pied gauche au New York City Ballet et le pied droit à Broadway. Balanchine (qui savait lui aussi croiser la rigueur du classique avec la fantaisie des comédies musicales) en avait d’ailleurs fait son plus proche collaborateur. Pour cette fin d’année, il présente à l’opéra de Nice deux pièces :  En Sol est une expérience jubilatoire qui épouse parfaitement la partition d’un Ravel en pleine recherche musicale. Revenant d’une tournée aux États-Unis, le compositeur français s’était lancée dans l’écriture d’une mélodie canaille qui elle aussi voulait « bouger cool». Pas de Dieux nous raconte, de la manière la plus ludique qui soit (Gershwin y contribue largement), l’histoire d’Aphrodite, Éros et Zeus qui s’accordent une virée dans le monde des humains. Le chorégraphe leur fera découvrir tour à tour les plaisirs des bains de mer ensoleillés puis la fièvre du Paris noctambule. Au moment de les renvoyer vers l’Olympe, Gene Kelly nous révèle, lui le chanteur sous la pluie, que la danse est bel et bien un cadeau des dieux.

Nice: Lenni-Kim

Prochainement|

A tout juste 16 ans, le jeune Canadien Lenni-Kim est la nouvelle sensation électro-pop. Après avoir participé à THE VOICE KIDS, avoir brillé sur le parquet de DANSE AVEC LES STARS, après avoir été nommé en révélation francophone de l’année aux NRJ MUSIC AWARDS et cumulé des dizaines de millions de vue sur YOUTUBE, Lenni-Kim, véritable performeur, monte sur scène pour sa première tournéeévènement. Au Palais Acropolis le samedi 4 mai  il chantera  ses plus grands tubes (« Don’t stop », « Yolo », « Juste toi et moi » … ) en  live, avec ses danseurs,  pour un show énergique et pétillant. Attention: spectacle reporté au 29 mars 2020. 

Nice : Ninho

Prochainement|

Révélation rap de l’année 2017 avec la sortie de son premier album,  Comme prévu, Ninho est de retour avec un nouveau disque ( Destin :  son troisième déjà à tout juste 22 ans !)  et une  tournée des Zéniths,  qui passera par Nice (Nikaia) le 18 janvier 2020. Il n’est pourtant pas trop tôt  pour réserver,  vu l’engouement que provoquent les concerts du jeune rappeur et le buzz que déclenchent ses clips sur Internet. Celui de Goutte d’eau, premier extrait de Destin, avait dépassé le cap des 10 millions de vues sur Youtube, un mois après sa mise en ligne ! Après Soprano, Ninho devrait remplir le Nikaïa dès sa première visite.

Nice: Zazie

Prochainement|

Après trois années de silence discographique et scénique, Zazie  a laissé tomber son job de coach dans The Voice pour enregistrer  un dixième album studio : Essenciel. Des nouveaux titres qu’elle présente sur scène, en concert avec le ZaziEssenciel Tour. Portée par le succès du single phénomène « Speed », l’incomparable performeuse sera sur la scène d’Acropolis, qu’elle connaît bien,  le 19 décembre pour un nouveau concert enflammé. On a hâte de l’y retrouver !

Nice/Six Fours : Ozedenne

Prochainement|

Après  Dolziger St. 2  en 2015 et le succès des tournées « à la demande », Odezenne a publié Au Baccara . Nouvelle pièce d’un puzzle chanson-rap qui s’assemble disque culte après disque culte depuis dix ans. Précurseur du genre, le groupe accouche une nouvelle fois d’un album singulier et continue de préciser sa signature, en dehors des habitudes.  Odezenne a mis son travail de studio au long cours à l’épreuve de la spontanéité. Jusqu’à Konk, le mythique studio des Kinks à Londres,  où le groupe est parti deux mois pour mixer sur console analogique et tourner sur bande. Un télescopage des époques qui scelle le son d’un album résolument moderne, fait à l’ancienne. A découvrir en live à  Six Fours et Nice les 15 et 16 novembre.