Événement

/Événement

On tombe le masque

Événement|

Les  mesures sanitaires anti-Covid sont progressivement levées depuis le 24 janvier 2022Le 2 février, les  jauges à 2000 personnes dans les établissements accueillant du public assis (stades, salles de concerts, théâtres…) ont été supprimées. Le 16 février, les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, ont pu  rouvrir dans le respect du protocole sanitaire (masque obligatoire), les concerts debout ont repris sans limitation de jauge et la consommation est  à nouveau possible dans les stades, cinémas et transports. Idem pour  la consommation debout dans les bars. Le 28 février a marqué la fin de l’obligation du port du masque dans les cinémas, théâtres, musées et salles de spectacle. A partir du  14 mars, le passe vaccinal ne sera plus exigé que dans les établissements de santé et les maisons de retraiteLe port du masque n’était plus requis que dans les transports collectifs.  Cette dernière restriction est levée en date du 16 mai 2022. Retour donc à la vie normale, même si l’épidémie n’est pas terminée.

 

MotoGP 2022: Rounds 6 et 7

Événement|

Par Phil Inout

Il n’y a quasiment pas eu de course à Jerez, pour le Grand Prix d’Espagne  que Francesco Bagnaia a survolé de bout en bout sur sa Ducati d’usine. Auteur d’une pole position stratosphérique qui a pulvérisé le record du circuit, à une demi seconde du deuxième temps réalisé par Fabio Quartararo, Bagnaia a effacé un début de saison décevant en remportant le Grand Prix sans avoir jamais lâché la tête de la course. Le champion du monde Niçois a eu beau sortir lui aussi le grand jeu, il n’a pu que sucer la roue arrière du leader,  sans avoir la moindre occasion de le passer. Fabio se contente de la deuxième place sur le podium, qui conforte sa position de leader du championnat.  Son collègue Cannois,  Johann Zarco, n’a pas passé un bon week-end à Jerez : qualifié en 6e position, il se retrouvait 9e au premier virage et chutait à mi course sans avoir à aucun moment donné l’impression de pouvoir remonter. Hors piste, l’évènement du week-end fut l’annonce du retrait de Suzuki qui ne participera pas au championnat du monde l’an prochain. Un coup de tonnerre inattendu, qui va relancer le marché des transferts avec deux top pilotes désormais sans guidon : Joan Mir et Alex Rins.

Quatrième et sixième à l’issue des essais qualificatifs dominés par Ducati (Bagnaia a réalisé la pole position et battu le record du circuit), on savait que Fabio Quartararo et Johann Zarco auraient fort à faire pour endiguer la vague rouge, le 15 mai sur le circuit Bugatti du Mans,  où plus de 100 000 spectateurs assistaient au retour en présentiel du Grand Prix de France. Surtout après la pénalité de 3 places infligée au Cannois pour avoir involontairement ralenti un de ses adversaires pendant un  tour qualificatifs…  Après un mauvais départ, les deux pilotes azuréens ont dû cravacher pour ne pas perdre complètement contact avec la tête de course,  où les officiels Ducati, Bagnaia et Miller,  semblaient bien partis pour semer  leurs poursuivants Mir (Suzuki),  Bastianini (Ducati) et Espargaro  (Aprilia). Les chutes de Mir et Bagnaia, sous la pression du redoutable Bastianini , permettaient à  Fabio Quartararo de viser la 3e place,  mais sa Yamaha ne pouvait rien faire contre l’Aprilia d’Espargaro. Le Niçois finit au pied du podium,  mais conserve la tête du championnat du monde à quatre points d’Enea Bastianini,. L’Italien volant accroche sa troisième victoire de la saison et se positionne comme le plus sérieux challenger de Quartararo pour le titre. Johann Zarco termine 4e et remonte à la 6e position au classement général.  Un  plutôt bon week-end donc, pour nos deux pilotes. Prochain rendez-vous le 29 mai à Mugello pour le Grand Prix d’Italie.

 

 

 

Monaco : Formule E

Événement|

Par la rédaction

La 5e édition du E-Prix de Monaco se tiendra le Samedi 30 avril. Le week-end monégasque fera office de 6e manche du Championnat du Monde FIA ABB Formula E 2022. Organisée en 2015, 2017, 2019 et 2021, la Formula E sera de retour ce week end pour une 5e édition. Le Monaco E-Prix devient ainsi un rendez-vous annuel du Championnat du Monde ABB Formula E suite à la validation en juin 2021 du Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA. Les monoplaces électriques emprunteront pour la deuxième année consécutive le circuit complet de la F1, soulignant ainsi les progrès technologiques effectués par la discipline depuis sa création,  il y a moins de 10 ans.

MotoGP 2022: Rounds 4/5

Événement|

Par Phil Inout

Les difficultés continuent pour les pilotes azuréens en ce début de saison. Malgré leurs bons résultats  aux essais et aux qualifications, Fabio Quartararo et Johann Zarco  doivent se contenter de faire de la figuration en course. A Austin (Texas), Quartararo finit 7e et Zarco 9e. Manque de puissance moteur pour l’un, de grip en fin de course pour l’autre. Le champion du monde en titre ne doit qu’à sa régularité d’être encore 5e au classement général. Mais il accuse désormais  17 points de retard sur le leader Ennia Bastianini (Ducati) qui a remporté, et de très belle manière,  son deuxième GP de la saison à Austin. Une course largement dominée par les pilotes Ducati (Martin, Miller et Bastianini se sont succédés en tête) avec comme seuls concurrents sérieux les Suzuki de Rins et Mir,  toujours aussi performants  en fin de course.  Mais le héros du jour a été Marc Marquez. Revenu de blessure, parti bon dernier (moteur au bord du calage sur la ligne de départ), l’octuple champion du monde espagnol a fait une remontée fantastique sur ce circuit qu’il affectionne particulièrement (7 victoires en 9 participations). Il termine devant Quartararo, dans la roue de Bagnaia.  De quoi rassurer sur son avenir dans le championnat.

Retour en Europe,  le week-end du 23 avril pour le Grand Prix du Portugal. Après une première journée d’essais décevante sous la pluie, les pilotes Français ont réussi leur qualification samedi sur une piste sèchante. Johann Zarco arrachait  la Pole dans le dernier tour  devant Joan Mir (Suzuki) et Aleix Espargaro (Aprilia). Son meilleur tour ayant été annulé sur drapeau jaune, Fabio Quartararo devait se contenter de la deuxième ligne (P5) mais restait  en bonne position  pour la course. Départ raté, Johann Zarco  voyait s’envoler Joan Mir (Suzuki) et Fabio Quartararo (Yamaha)  qui se lançaient dans un duel à haute vitesse sur le toboggan de Portimao. Le mano a mano tournait rapidement  à l’avantage du français qui prenait la tête pour ne plus la lâcher, creusant son avance avec une aisance déconcertante (6 secondes à l’arrivée!) sur ce circuit où il a déjà triomphé l’an dernier. Zarco réussissait à passer Mir et à contenir les assauts d’Alex Espargaro (Aprilia) revenu en trombe pour finir sur la seconde marche du podium. Un nouveau doublé Français, mais toujours pas de victoire pour Zarco. La course a également été marquée par la remontée fantastique d’Alex Rins (Suzuki) et la chute de Jack Miller (Ducati) qui entraînait le malheureux Mir , avec lequel il était en bagarre pour la troisième place. Prochain rendez-vous le 1 er mai à Jerez (Espagne)Fabio Quartararo arrivera en leader du championnat.

 

 

Nice : ID Week-End 2

Événement|

Par la rédaction

Après une première édition trés réussie qui s’est tenue du 1er au 3 octobre 2021 sur le port de Nice, le salon ID Week-end présentait du 1er au 3 avril derniers les dernières tendances du tourisme local , avec des idées d’évasion et de loisirs à réaliser en famille, entre amis ou en solo.  Au programme : une sélection d’une centaine d’ exposants reflètant dans leurs propositions  les tendances actuelles et les nouveaux modes de consommation touristiques (slow tourisme, tourisme vert…), répartis  en univers spécifiques sur plus de 3000 m2 d’exposition (sports et loisirs, hébergement et bien être, nature et ecotourisme, culture et patrimoine, institutionnel et services, gastronomie…),  avec de nombreuses animations, promotions, initiations et démonstrations.  Mobilexpo, organisateur du salon avait promis  une deuxième édition “festive, conviviale et animée” : elle a été conforme aux prévisions. Rendez-vous est pris pour l’édition de rentrée du 30 septembre au 2 octobre puisque le salon est désormais bi-annuel. En attendant, retrouvez les exposants sur la marketplace  de Mobilexpo,  où  plus de 200 offres sont à portée de clic, toute l’année ! 

 

MotoGP 2022: Rounds 2/3

Événement|

Par Phil Inout

Que changement ! Jamais dans le rythme au Qatar (où ils avaient pourtant gagné l’an dernier) pour le premier Grand Prix de la saison, Fabio Quartararo et sa Yamaha ont survolé les essais en Indonésie, où le MotoGP Circus n’était plus venu courir depuis une vingtaine d’années. Parti en Pole position devant Jorge Martin et un Johann Zarco retrouvé lui aussi, le champion du monde en titre a dû batailler sous la pluie, qui s’était invitée à Mandalika, ce dimanche, au point de faire craindre l’annulation du Grand Prix. Il lui a fallu dépasser Johann Zarco et Jack Miller pour se lancer à la poursuite de Miguel Oliveira qui a fait toute la course en tête sur sa KTM. La réduction de la course à 20 tours (au lieu des 27 prévus) n’a, hélas, pas permis au Niçois de rattraper son retard sur le leader, malgré ses prouesses sur ce circuit où il a établi les meilleurs temps,  sur le sec comme sous la pluie. Deuxième à l’arrivée Quartararo empoche 20 points et remonte de 6 plces au classement  général, intégrant le Top 3. De trés bon augure pour la suite ! Le Cannois Johann Zarco, mal parti comme au Qatar,  monte sur la troisième marche du podium,  ce qui est aussi une trés bonne nouvelle. Victime de plusieurs chutes aux essais , Marc Marquez (Honda) n’a pas pu prendre le départ du Grand Prix à cause d’un effrayant high side pendant le warm-up. Sa troisième chute à haute vitesse du week-end ! Diagnostiqué d’une commotion cérébrale il a été mis au repos forcé. Une sage décision, mais qui inquiète sur sa capacité à poursuivre le championnat après deux saisons trés difficiles.

Marc Marquez était encore forfait  le 3 avril en Argentine, où les essais ont dû être décalés au samedi en raison d’un problème d’acheminement de matériel. Après des séances de qualifs trés accrochées, Fabio Quartararo, géné par Jack Miller dans le dernier run,  partait en P6 et Johann Zarco en P9. C’est Aleix Espargaro (Aprilia) qui a signé la Pole devant Jorge Martin (Ducati). Les deux hommes ont mené la course de bout en bout, Espagaro parvenant à faire la différence dans les derniers tours . Pour sa 200e course, l’Espagnol emporte son premier Grand Prix et décroche la première victoire pour Aprilia. Jorge Martin, deuxième,  engrange ses premiers points de la saison. Son coéquipier Johann Zarco, éliminé sur chute alors qu’il bataillait avec Fabio Quartararo pour la 9e place,  va devoir vite oublier ce week-end pour se concentrer sur le suivant. Rendez-vous le 10 avril à Austin Texas. 

 

MotoGP 2022: Round 1

Événement|

Par Phil Inout

Comme on pouvait le craindre après les tests de pré-saison, Fabio Quartararo a passé un sale week-end de reprise à Losail (Qatar) où avait lieu le premier Grand Prix de la saison. Relégué en Q1 aux essais, jamais dans le rythme pour la Pole (arrachée par Jorge Martin), le champion du monde en titre a dû se contenter de la 11e place sur la ligne de départ... et de la 9e sur la ligne d’arrivée. Une progression qu’il n’a due qu’à un trés bon départ et à sa régularité en course. Sur le circuit de Losail, sa Yamaha était incapable de suivre les Ducati, mais aussi les Honda, les Suzuki et même la KTM de Brad Binder. ! Toutes les motos ont progressé en performances pendant l’inter saison, sauf les Yamaha. Un constat, qui n’incite pas à l’optimisme pour le reste de la saison. Pour Johann Zarco, par contre, il y a beaucoup à espérer. Malchanceux aux essais (son meilleur tour a été annulé par un drapeau jaune), le Cannois, 13e sur la ligne de départ,  a complètement raté son lancement et a dû batailler une grande partie de la course pour revenir des tréfonds du classement. Dans les derniers tours, il était dans le rythme du peloton de tête et reprenait plusieurs dixièmes par tour à  Quartararo qu’il coiffait sur la ligne d’arrivée pour la 8e place. Sans même avoir eu besoin de prendre son aspiration dans la dernière ligne droite… La chute de son coéquipier Jorge Martin (fauché par un Bagnaia des mauvais jours) lui permet d’engranger les premiers points pour l’écurie Pramac et de se rassurer pour la suite : sa Ducati a clairement le potentiel pour viser le podium. C’est d’ailleurs une Ducati qui l’a emporté à Losail: celle d’Enia Bastianini. Prochain Grand Prix le 20 mars à Pentamina (Indonésie).

 

37e Victoires de la Musique

Événement|

Par Ph.D

La 37e édition des Victoires de la musique s’est déroulée vendredi 11 février en direct de  La Seine Musicale sur France 2. Elle a consacré Orelsan et Clara Luciani artistes de l’année. Le rappeur bas normand a  également emporté la chanson et le clip de l’année, tandis que la chanteuse, trés émue, décrochait  l‘album de l’année,  au terme d’une cérémonie à la présentation un peu rétro (Laury Thilleman, Olivier Minne), mais d’une appreciable sobriété. Stromae a ouvert le bal des lives avec “Santé”, premier extrait de son nouvel album annoncé pour le 4 mars. Orelsan a mis le feu avec “L’Odeur de l’essence”.  Juliette Armanet, grande perdante de l’édition avec Feu Chatterton,  s’est illustrée avec “Le dernier jour du Disco”. Jacques Dutronc (Victoire d’honneur),  a donné avec son fils Thomas un avant goût prometteur de leur prochaine tournée en duo. On se réjouit particulièrement de la récompense pour le meilleur concert accordée au Biotois Ben Mazué qui décroche enfin sa première Victoire

MotoGP : Faites nous rêver

Événement|

Par Phil Inout

Après une saison 2021 qui a vu le sacre du Niçois Fabio Quartararo, le championnat du monde MotoGP 2022 s’annonce serré.  Fabio Quartararo,  associé cette saison à l’Italien Franco Morbidelli sur les Yamaha d’usine,  aura fort à faire pour défendre son titre de champion du monde face à une véritable armada de Ducati (8 machines) et aux ambitions de Suzuki et Honda,  avec deux champions du monde, Joan Mir et Marc Marquez,  avides de récupérer leur couronne. Meilleur pilote indépendant l’an passé, le Cannois Johan Zarco  pourrait jouer les trouble fête sur sa Ducati Pramac mais il devra d’abord contenir les ambitions de son coéquipier Jorge Martin (meilleur rookie 2021)  et celles, démesurées, du top pilote Ducati, l’italien Francesco Bagnaia, quasi intouchable en fin de saison dernière. Le week-end de test à Sepang (Malaisie), les 4 et 5 février,  a confirmé  cette hiérarchie. Fabio Quartararo qui étrennait de nouvelles couleurs assez semblables à celles de 2021 n’a pas trouvé beaucoup de changement non plus sur sa monture. Il manque toujours 10 km/h de vitesse de pointe aux Yamaha par rapport aux Ducati.  Fabio a terminé les deux premières journées d’essais en 7e place, entre la Ducati de Bagnaia et la Honda de Marquez (parti 2 fois au tapis). En 9e position,  Johann Zarco  voyait son coéquiper Jorge Martin caracoler en 3e place et c’est une autre Ducati, celle de Bastianini qui décrochait la 1ere place. Les Aprilia d’Espagararo (P 2) et Vinales  (P5) bénéficiaient de l’avantage d’avoir pu rouler plusieurs jours avant les autres sur le circuit et Alex Rins est parvenu a glisser sa Suzuki en 4e place. Le dernier test d’avant saison a eu lieu le week end du 13 février à Mandalika (Indonésie).  Surprise : c’est une Honda, celle de Pol Espagaro qui a dominé les trois  journées d’essais devant la Yamaha du champion du monde en titre. Bagnaia revient en 6e place et Johann Zarco reste de justesse dans le Top 10. Mais la quasi totalité du plateau finit dans la même seconde ! Autant dire que les places sur le podium vont être encore plus chères cette saison.

 

90e Rallye de Monte Carlo

Événement|

Par la rédaction

Le Rallye Automobile Monte-Carlo, manche inaugurale du Championnat du Monde FIA des Rallyes 2022 (WRC) a  quitté Gap – Ville étape Haut-Alpine depuis 2014 – pour prendre exceptionnellement ses quartiers d’hiver à Monaco du 17 au 23 janvier.  Un recentrage en Principauté brigué par le Comité d’Organisation de l’Automobile Club de Monaco afin de pouvoir notamment orchestrer les festivités de cette 90e édition qui s’est déroulée  en présence du public, contrairement à l’an dernier. Modifié à plus de 95% par rapport à l’année dernière, le parcours se conjuguait  entre conservatisme et originalité, avec des épreuves chronométrées très relevées, tracées pour l’occasion dans les départements des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence… Après 3 journées de reconnaissances, le départ a été donné le 20 janvier à 18h45 place du casino. C’est le revenant Sébastien Loeb, associé à Isabelle Galmiche sur Ford Puma Rallye 1 qui l’a emporté devant le  vainqueur de la précédente édition  Sébastien Ogier, associé à Bejamin Veillas  sur Toyota Yaris.

TVDB s’acclimate à Nice

Événement|

Par Ph.D

Réfugié climatique à la campagne (en région parisienne,  mais ça compte quand même) et craignant la fin du monde autant que les chansons de Jul, Thomas VDB tente de se convertir à l’écologie active. Il a déjà adopté la tenue idoine (pantalon velours, bretelles et pataugas ), pousse au fond du jardin comme l’extraterrestre de la blague et continue à fuir comme la peste les salons de coiffure. Il raconte sa conversion avec sa gouaille de Poulbot, ses chansons improvisées a capella et sa gestuelle clownesque, devant trois slips kangourou qui sèchent sur une corde à linge (hommage à Reiser?). Ses chroniques  de France Inter et les multiples reports des sa tournée assurent à son nouveau spectacle, Thomas VDB s’acclimate, un succès inédit et mérité. La comparaison avec Coluche ne devrait pas faire rougir puisqu’il aspire à être vert.

RIP : Robin Le Mesurier (1953-2021)

Événement|

 Par Philippe Dupuy

On ne peut pas s’empêcher de penser que si Ron Wood n’avait pas existé, Robin Le Mesurier, qui vient de décéder d’un cancer à l’âge de 68 ans,  serait peut-être devenu un Rolling Stones à sa place. Il avait tout ce qu’il fallait pour ça : le sens du riff, l’attitude, le port de guitare, la clope au bec en jouant… et même la coupe de cheveux  « hibou » dont  Keith Richards, Ron Wood , Jeff Beck, Johnny Thunders  et lui  seuls partagaient le secret.  Né en Angleterre en 1953, tombé dans le rock à l’âge de neuf ans, biberonné au blues et au rhythm’n’blues comme tous les grands guitaristes anglais de sa génération , Robin a d’ailleurs succédé à Ron Wood auprès de Rod Stewart qu’il a accompagné pendant  7 ans (de 1980 à 1987) avant que Chris Kimsey, le producteur des Stones  et  de Johnny Hallyday, ne l’appelle en lui demandant si ça l’intéresserait d’écrire un ou deux titres  pour  Rough Town,  l’album “en anglais” de Johnny. Le reste,  c’est Robin lui-même qui nous le racontait en 2009, profitant du « day off » de la série de concerts “d’adieux” du Taulier au Sporting de Monte Carlo…

16 ans avec Johnny, c’est un record, non ? 

C’est ce qu’on me dit, oui. Cela fera même 17 à la fin de la tournée, puisque j’ai commencé en 1993. Avant,  je connaissais le chanteur de réputation depuis mes débuts en Angleterre,  mais je ne l’avais jamais rencontré. Quand on s’est vus la première fois à Los Angelès, il s’est passé un truc étrange : c’’était comme si on s’était toujours fréquentés. Le déclic s’est fait dans la seconde. Un super feeling , vraiment.  Mais, évidemment,  je n’aurais jamais imaginé rester aussi longtemps. Dans ce business on n’a pas vraiment la garantie d’emploi,  vous savez …

C’est  censé être sa dernière tournée. Quels souvenirs marquants garderez-vous de votre collaboration ? 

Comme vous dites  s’est  « censé être »  la dernière ! (rires)  Je  ne peux même pas l’imaginer s’arrêtant de faire des concerts.  Je sais bien qu’ il a sa carrière d’acteur, mais la musique  c’est dans son sang. Il ne s’arrêtera jamais de chanter, si vous vous voulez mon avis. Quant-aux souvenirs, il y en a beaucoup, comme ce concert pour les fans français à Las Vegas. Mais  jouer au stade de France c’est vraiment un truc. On n’en voit même pas le bout !  Ca, et le concert au Champs de mars devant cette incroyable marée humaine…

 

Comment considérez-vous le chanteur ?  

C’est une icône, un trésor national que vous avez. Il n’y a eu personne comme lui avant et il n’y aura personne après. Il est incroyable. Tous les soirs sa voix m’étonne. La première fois que je l’ai entendu en studio, ça littéralement m’a mis sur le cul. Et ça me fait encore cet effet là à chaque fois.  Vous savez, j’ai enregistré mon premier disque à 16 ans à Abbey Road avec Keith Relf des Yardbirds ,  j’ai accompagné ensuite un tas de chanteurs  et de chanteuses célèbres (Rod Stewart, Meatloaf , Cat Stevens ,Kid Rock, Willie Nelson ,  Bernie ,  Cheryl Crow , Rita Coolidge , Steve Harley, Tina Turner et Elton John, entre autres NDLR). Mais pour moi,  Rod et Johnny restent, de loin, les plus grands.

Y-a-t-il un feeling spécial sur cette « dernière » tournée ? 

Vous savez les tournées c’est toujours un peu spécial. Je me sens toujours  très privilégié d’être le guitariste de Johnny. I l y en a 10 000 qui voudraient la place. Je ne suis pas « blasé » (en français dans le texte)  j’apprécie encore chaque moment sur scène. J’adore jouer avec lui. Il est devenu comme un frère : on porte la même croix autour du cou  (un Christ portant  une guitare en bandoulière). C’est  lui qui me l’a offerte pour mon anniversaire. Je ne peux même pas dire combien ça m’a touché.

Qu’allez vous faire après ? 

De la musique, of course. J’écris un musical sur une histoire de rehab’ qui pourrait être celle d’Amy Winehouse, mais en forme de  comédie.  Et je publierai sur mon site internet un album instrumental .

On vous compare souvent à Keith Richards et Ron Wood.  Ils font partie de vos influences ?  

Bien sur. Keith est le roi du riff. Le meilleur. Il dit toujours  qu’il a tout piqué à Chuck Berry, mais son originalité est  stupéfiante. Je suis ami avec Ron,  on a fait des albums ensemble. C’est un mec super. Mais le guitariste que je préfère écouter c’est quand même Jeff Beck. Comme moi il n’a jamais réussi à chanter en même temps. Mais la différence c’est que lui, il sait faire chanter sa guitare à sa place ! Un pur génie.

Trés affecté par la mort de Johnny Hallyday qu’il a finalement accompagné jusqu’à la fin, Robin était resté proche de Laetitia et de ses enfants  près desquels il habitait à Los Angeles. Il avait écrit ses mémoires en 2019 et participé au concert de reformation des Faces avec Rod Stewart et Ron Wood. Son jeu de guitare incisif est particulièrement en évidence sur l’album live de la tournée américaine de Johnny qui vient de sortir et il intervient à plusieurs reprises dans le documentaire qui l’accompagne. 

Nice : Trial des Nations

Événement|

Par la rédaction

C’est au Palais Nikaia à Nice, que le Championnat du Monde de Trial des Nations aura lieu le 11 mars 2022. Après de nombreux reports dus à la crise sanitaire, le Trial Indoor revient avec un nouveau spectacle.  Les 10 meilleurs pilotes mondiaux seront présents pour  une épreuve entre des équipes. La soirée s’annonce très animée avec des zones spectaculaires, un nouveau show son et lumière et une démonstration de VTT Trial et de freestyle qui ravira les petits comme les grands. Le public profitera d’une édition 2022 exceptionnelle sur le plan des décors, du spectacle et de la compétition. Voici le programme détaillé :
19H00 : Ouverture des portes
19h45 : Dédicace des pilotes
20h30 : Début du show et présentation
20h45 : Départ 1er tour
22H00 : Fin du 1er tour et démo VTT et freestyle
22h30 : Départ 2ème tour
23h15 : Remise des prix

 

 

Patrick Timsit à Antibes

Événement|

Par Ph.D

On n’allait quand même pas se quitter par SMS“…  Résolu à faire ses adieux à la scène après 35 ans de bons et loyaux services (entrecoupés de rôles au cinéma), Patrick Timsit en a fait un spectacle qu’il a présenté deux soirs de suite à Anthea. « Adieu… Peut-Être. Merci… C’est Sûr »:   le titre entretient l’ambiguïté. Sont-ce de vrais adieux ou seulement les premiers? Timsit nous ferait-il une Aznavour ? L’humoriste jure que non. Réputé pour son humour décapant, il en a, paraît-il,  assez d’endosser toute la vacherie du monde. Ca ne se voit pas vraiment dans ce nouveau one man show. Timsit y flingue à tout va. A commencer par ses collègues humoristes et people : Castaldi, Hanouna, Dieudonné, Gad Elmaleh, Roumanoff, Houellebeck, Mimie Mathy… Chacun en prend pour son grade. “Je ne vais pas me géner puisque c’est la dernière” annonce-t-il en préambule. Le show est dans l’exacte lignée du précédent. Timsit s’y demandait si on pouvait rire de tout. Sa réponse est oui, à condition que ce soit drôle. Et ça l’est. Pendant un peu plus d’une heure, on rit à chaque punchline ponctuée d’un  “Bim vanne !” sonore. S’il s’en va vraiment (il le jure encore au final, mais en croisant obsetensiblement les doigts dans le dos), on regrettera son humour vache. On ne lui dit donc pas adieu, mais merci.

Jazz Sessions à Nice

Événement|