Événement

/Événement

Australian Pink Floyd à Nice

Événement|

Depuis 30 ans, les Australian Pink Floyd perpétuent l’héritage musical du Floyd. De simple tribute band, le groupe formé en 1988 à Adelaïde, dans le sud de l’australie, est devenu un phénomène et se produit désormais dans les mêmes salles que David Gilmour, Roger  Waters et Nick Mason, avec un show digne du Floyd de la grande époque. Le public Niçois ne s’y est d’ailleurs pas trompé : ils  étaient plusieurs milliers à attendre de découvrir le nouveau spectacle à Nikaia, pour l’un des 11 concerts que donnait le groupe en France lors de cette tournée, baptisée All That You Love. De fait, TAPFS (The Australian Pink Floyd Show) propose sur ce tour un best of de tout ce qu’on a aimé dans la discographie du Floyd. Si la setlist se concentre toujours sur les trois chef d’oeuvres du groupe (Dark Side of the Moon, Wish You Were Here et The Wall), elle remonte jusqu’aux origines, cette fois (avec des titres extraits de Relics, Obscured by Clouds, Meedle ou More) et va jusqu’aux derniers albums (“Pigs“).

On gardait le souvenir d’une prestation à Monaco, il y a une dizaine d’années, où TAPFS proposait des interprétations plus personnelles et musclées des tubes du Floyd. L’arrivée de nouveaux musiciens, comme le guitariste David Domminney Fowler ou le chanteur Alex McNamara, de techniciens et de choristes ayant travaillé avec David Gilmour ou Roger Waters, semble avoir poussé les membres fondateurs du groupe (Steve Mac, Colin Wilson et Jason Sawford) à revenir à plus d’orthodoxie Floydienne. Ce qu’on a entendu à Nikaia est presque note pour note, ce que jouait Pink Floyd à son apogée. Et le show, avec son écran circulaire, ses lasers et ses poupées gonflables rappelle en tout point celui de la tournée Pulse. Au rappel, le solo de “Comfortably Numb” exécuté avec une virtuosité stupéfiante par David Domminney Fowler met tout le monde d’accord : TAPFS est sans conteste le meilleur tribute band du monde. Pour ceux qui l’ont manqué à Nice, le groupe jouera le 11 juillet à Monaco dans le cadre du Sporting Summer Festival. Les fans du Floyd pourront aussi aller voir Nick Mason aux arènes de Nîmes le 6 juillet. Mais rien ne garantit que le show soit aussi bon que celui des australiens !

Patrick Bruel à Nikaïa

Événement|

On ne s’était pas donné rendez vous dans dix ans. Les chansons de Patrick Bruel ne sont pas vraiment notre tasse de thé et on gardait le souvenir cuisant de concerts pour midinettes où l’on s’était senti bien seul, les tympans vrillés de « Patriiiiick ! » suraigus. Il a fallu toute l’insistance amicale de Patricia, l’attachée de presse du concert (« Tu verras le show est superbe ») et la promesse de places VIP, pour nous y traîner à nouveau. Et on n’a pas regretté notre soirée ! C’est dans un Nikaïa archi comble, au milieu d’une foule en majorité féminine (mais pas que), que l’on s’est donc retrouvé pour assister à l’étape niçoise du « Tour 2019 ». Il passait la veille par Toulon et repassera cet été par Sollies Pont.  En attendant probablement un Stade de France, ou une autre méga enceinte de ce genre, vu le succès de la tournée, qui affiche complet partout. Le show est taillé pour les grandes scènes avec des écrans gigantesques et des jeux de lumière impressionnants. 

On pense immédiatement à ceux que proposait Johnny et on n’est pas surpris qu’aux rappels, Bruel reprenne « J’ai oublié de vivre », en hommage à son pote disparu.  La setlist mixe savamment anciens et nouveaux titres, ballades et tubes.Toujours fringant, « Patriiick » porte beau ses 59 printemps et sa voix est plus puissante que dans nos souvenirs. Bien que son groupe, composé de fidèles qui le suivent depuis des lustres, soit excellent, il assure une bonne partie du concert en solo, en s’accompagnant à la guitare acoustique ou au piano (qui descend des cintres pour trois titres puis remonte). Sa complicité avec le public est réelle et dépasse l’adulation béate. Le show est sans doute le meilleur qu’il ait jamais produit et la comparaison avec ceux de Johnny n’est pas erronée. Si on lui cherche un successeur, Bruel constitue désormais un sacré prétendant. Bref, on n’attendra pas dix ans pour aller le revoir sur scène.

86e Fête du Citron à Menton

Événement|

Du 16 février au 3 mars 2019,  plus de 200 000 visiteurs sont venus vivre les corsos endiablés, admirer l’exposition de motifs en agrumes,  visiter le Salon de l’Artisanat et le Festival des Orchidées à Menton pour la 86e Fête du Citron. Pour cette  édition,  le thème retenu était « Les Mondes Fantastiques » et il a été admirablement illustré

Carnaval de Nice 2019

Événement|

(Photos GJ2L et Ville de Nice)

Du 16 février au 2 mars 2019, le Carnaval de Nice a vibré  au rythme du cinéma. Cette année, en effet, c’était au tour du « Roi du Cinéma » d’être célébré. En 2019, Nice fête  les 100 ans des Studios de la Victorine, haut-lieu de l’industrie cinématographique sur la Côte d’Azur, qui depuis 1919, a vu défiler Marcel Carné, Roger Vadim, François Truffaut, Jean Cocteau, Jacques Demy, Alfred Hitchcock, Woody Allen et bien d’autres réalisateurs de talent. Le Carnaval de Nice a commémoré cette riche histoire avec 6 corsi, jour et nuit, animés par 17 chars et plus de 1000 danseurs et musiciens venus  du monde entier.  Un succès populaire  avec une fréquentation en hausse de 35% (204 000 spectateurs) et surtout artistique avec des chars magnifiques, des chorégraphies entraînantes  et des batailles de fleurs mémorables. Le roi du cinéma est mort, vive le Roi de la mode !  Ce sera le thème du carnaval 2020.

Rallye de Monte Carlo 2019

Événement|

Le Rallye de Monte Carlo 2019 s’est disputé du 22 ou 27 janvier. Sébastien Ogier et Julien Ingrassia (Citroen)  l’ont à nouveau emporté devant Thierry Neuville-Nicolas Gilsoul (Hyundai) et Ott Tanak- Martin Javeoja (Toyota).  Sebastien Loeb (Hyundai) dont c’était le grand retour finit quatrième. Cette 87 ème édition du Rallye de Monte Carlo proposait un parcours renouvelé de 40% par rapport à celui emprunté en 2018.

 

Dick Rivers à Nice

Événement|

Vingt ans qu’il n’était pas venu donner de concert à Nice !  C’est peu dire que le retour de Dick Rivers était attendu dans sa ville natale. Né Hervé Forneri, fils d’un boucher du vieux Nice, ex-leader des Chats Sauvages,  c’est une légende du rock français que le théâtre Lino Ventura  accueillait le samedi 15 décembre. Pour l’occasion, le Hard Rock Café de Nice lui avait organisé une petite réception au cours de laquelle Dick a officiellement remis au manager du restaurant un ceinturon US qui s’en est allé rejoindre la collection d’objets de memorabilia du HRC.

C’est Lone Redneck, groupe de country rock localqui assurait la première partie du concert. Un excellent choix pour une mise en jambes bien rock’n’roll. Le répertoire de classiques rock et de chansons originales du groupe était parfait pour attendre la star de la soirée.  Entouré de quatre musiciens , Dick Rivers a livré le show “rock’n’roll à donf‘” promis, enchaînant les classiques du rock en versions originales (“Not Fade Away”, “Hearttbreak Hotel”, “20 Flight Rock”, “Let’s Have a Party”, “That’s Allright Mama” )  ou traduites (“Mauvaise Fille”, “Faire un pont”, “Gravement amoureux de vous”, “Maman n’aime pas ma musique“) et quelques tubes comme “Pluie et Brouillard” ou l’incontournable “Nice Baie des Anges“. Le groupe  canadien qui accompagne Dick sur cette tournée est très rockab’, à l’image du guitariste Robert Lavoie, digne émule de Brian Setzer (Stray Cats) : le son dépotait vraiment. Dommage que la voix du chanteur ait été un peu noyée dans le mix !  Mais le public niçois, venu en nombre (le théâtre était plein),  s’est éclaté et a fait un véritable triomphe à son rocker maison.

Bricklive Christmas à Monaco

Événement|

 Après le succès de BRICKLIVE Christmas à la Saatchi Gallery de Londres en 2017, c’était au tour du Grimaldi Forum Monaco d’accueillir en 2018  cette exaltante exposition interactive, pendant les vacances de Noël.  BRICKLIVE Noël est  un condensé de meilleurs BRICKLIVE de l’anné.  Selon un concept original, les visiteurs peuvent explorer de nombreuses zones de jeu thématiques (Star Wars Minecraft , Galactic…)  dans une ambiance très ludique. Outre les constructions exposées comme des oeuvre d’art,  l’ espace interactif LEGO Friends proposait  une carte de construction de Monaco, des fosses de briques colorées  (250 000 au total !) , un mur de graffitis de 10 mètres, des rampes de course, etc…  Sans oublier, les statues LEGO Animal Paradise  (voir photo) construites par des professionnels,  qui constituaient à elles seules une attraction. Véritable réussite, l’expo a attiré plusieurs milliers de spectateurs au Grimaldi Forum. 

Monte Carlo Jazz Festival 2018

Événement|

Depuis sa création en 2006,le Monte Carlo Jazz Festival n’avait sans doute pas connu une édition aussi riche que celle de cette année 2018.  Du 13 novembre au 2 décembre , le public azuréen, décidément à la fête , a pu voir  dans la magnifique salle Garnier de l’opéra de Monte Carlo  se succéder des artistes aussi différents  que  John McLaughlin, Sanseverino, Boy George, Marcus Miller ou Benjamin Biolay. C’est le grand Gregory Porter qui a ouvert le bal avec Robin McKelle. Bobby McFerrin et Youn Sun Nah ont suivi ainsi que Denis Matsuev. Grand moment le 23 novembre avec Sanseverino dans ses oeuvres boogie blues précédé d’Hugh ColtmanThe Amazing Keystone Big Band et  Vincent Perani ont suivi avant l’arrivée attendu du local de l’étape John McLaughlin accompagné de son groupe légendaire 4th Dimension et de Shankar Mahadeva pour un concert best of qui fera date. Le 29 novembre , soirée festive avec Manu Katché et Electro Deluxe avant de découvrir le lendemain le duo formé par Benjamin Biolay & Melvil Poupaud avec  Cyrille Aimée en première partie. L’évènement de l’édition a quand même été le grand retour de Boy George & Culture Club qui ont joué salle Garnier avant de faire de même le lendemain,  mais dans celle de  l’opéra de Paris cette fois. Enfin  le fidèle Marcus Miller a fait la clôture avec une  Selah Sue bien enceinte mais toujours en voix et  Eric Legnini Trio en première partie. Une édition à revivre en images avec les superbes photos de Philip Ducap, le photographe attitré de la SBM.

Slava’s Snowshow à Monaco

Événement|

C’était noël avant l’heure, du 6 au 9 décembre à Monaco avec le  Slava’s Snowshow. Depuis un quart de siècle, le spectacle créé par le légendaire clown-poète russe Slava Polunin (qui accompagnait la troupe en principauté) émerveille les foules dans le monde entier. Six millions de spectateurs l’ont vu de Saint-Pétersbourg (où Slava dirige le Cirque d’État depuis 2013) à Pékin, en passant par Broadway. Le Grimaldi Forum accueillait donc  à son tour la troupe, pour quatre représentations mémorables. Le Slava’s Snowshow est un spectacle de clowns à nul autre pareil, mêlant pantomime, musique, humour, poésie et…effets spéciaux démentiels! À chaque représentation, Assissaï, le clown jaune créé par Slava, et ses compères en manteau vert et chapka en bataille recouvrent la salle d’une toile d’araignée géante (10000 spectateurs peuvent se retrouver pris dans ses filets), balancent des ballons multicolores géants jusqu’au plafond, font éclater 100000 bulles de savon et déclenchent une tempête de blizzard qui recouvre les premiers rangs de confettis en papiers, sur l’air de Carmina Burana. Un spectacle vraiment canon (à neige) !

A partir de la deuxième représentation, il suffit de suivre, dans les rues, le chemin tracé par les bouts de papiers blancs pour trouver la salle.Les préposés au nettoyage mettent des années à évacuer les confettis: «Généralement, le dernier tombe sur un chef d’orchestre ou un chanteur de variété, la semaine avant qu’on revienne» se marre Vanya Polunin, le fils de Slava qui fait partie de la troupe des «verts» depuis l’âge de 7 ans et remplace parfois son ami Artem, dans le rôle envié du «jaune». En passant derrière la scène, après le show, on est surpris de la modicité de la machinerie mise en œuvre pour créer ces effets hollywoodiens.C’est la magie du Slava’s Snowshow: jamais la scénographie ne se fait au détriment de la poésie burlesque qui se dégage du jeu des clowns. La musique (classique et electro) et les éclairages (superbes) font le reste. On se croirait dans un dessin animé !.

JL Aubert à l’opéra de Nice

Événement|

Bien qu’annoncé tardivement et sans grande publicité, le concert solo de Jean Louis Aubert à l’opéra de Nice n’a eu aucun mal à afficher complet. Les fans de l’ex-chanteur de Téléphone et des Insus l’attendaient pour l’unique escale niçoise de la tournée Prémices. Après la triomphale tournée de reformation de Téléphone sous le nom des Insus, on n’espérait pourtant pas voir Aubert sur scène de sitôt. Mais visiblement ses fans ne sont pas rassasiés… et lui non plus! À 63 ans, l’ex-Téléphone aime toujours autant le contact avec le public et il le prouve avec cette tournée en solo acoustique au cours de laquelle il interprète pendant plus de deux heures les chansons de son répertoire, quelques tubes de Téléphone et une poignée de nouveautés écrites dans l’optique d’un nouvel album. D’où le nom de la tournée, Prémices, qui sonne comme une douce promesse. À Nice, Aubert en a joué deux, sans donner leur titre. On les a donc baptisées «Artiste-autiste» et «Courage, dansons». Deux chouettes chansons «à texte» qui annoncent, peut-être, un album plus «folk» que «rock». Visiblement heureux d’être là et en grande forme physique, «Jean-Louis» comme l’appellent affectueusement ses fans, les a chantées pour sa maman qui occupait une des loges. Toujours aussi généreux et à l’aise sur scène, même seul dans un décor uniquement constitué d’instruments de musique (guitares, piano, percussions), devant un «pedal board» qui ressemble à un tableau de bord de Boeing 747, Aubert a joué pendant près de deux heures trente pour un public transgénérationnel (enfants, parents et même grands-parents !) qui connaît ses chansons par cœur et les chante avec lui. «Voilà, c’est fini», au deuxième rappel, marqua la fin du spectacle. C’était de circonstance, mais on aurait aimé que ça ne se termine jamais.

Cannes : NRJ Music Awards

Événement|

(Photo NRJ/Nicematin.com)

Rendez-vous très attendu du jeune public azuréèn,  la 20ème édition de la cérémonie des NRJ Music Awards se  tiendra le samedi  10 novembre  au Palais des Festivals de Cannes. Muse, Dua Lipa, Shawn Mendes, Bigflo & Oli, David Guetta, Bebe Rexha, Anne-Marie, Ofenbach, Aya Nakamura, Orelsan, Jain, Black Eyed Peas, Louane, Julien Doré, Soprano, Christine and the Queens, Slimane et Dadju figurent parmi les nombreux  artistes attendus  sur scène pour la cérémonie qui sera diffusée en direct sur TF1 . Les  nommés de l’édition 2018 sont : Charlie Puth, Drake, Ed Sheeran, Justin Timberlake, The Weeknd, Shawn Mendes  (artiste international , Ariana Grande, Beyonce, Dua Lipa, Pink, Selena Gomez, Sia.  (Artiste internationale) Amir, Kendji Girac, Maître Gims, Orelsan, Slimane, Soprano (artiste francophone), Christine and the Queens, Jain, Jenifer, Louane, Vitaa, Zazie (artiste francophone féminine) , Calvin Harris/Dua Lipa, David Guetta/Sia, Imagine Dragons, Maroon 5, Muse, Nicky Jam/J Balvin (groupe international),Bigflo & Oli, Hyphen Hyphen, Maître Gims/Vianney, Naestro/Maître Gims/Dadju/Vitaa/Slimane, Orelsan/Stromae, Vitaa/Claudio Capéo (groupe francophone)   Alvaro Soler, Cardi B, Camila Cabello, Dua Lipa, Liam Payne, Post Malone (révélation internationale),   Aya Nakamura, Dadju, Eddy de Pretto, Hoshi, Marwa Loud, Vegedream (révélation francophone) ,  Calvin Harris, David Guetta, DJ Snake, Feder, Kygo, Ofenbach (Dj de l’année). Un grand concert gratuit (sur invitations) se déroulera le vendredi 9 novembre au salon des ambassadeurs du Palais des Festivals.

Nuit Blues à Monaco

Événement|

(Photos Philip Ducap)

Sans lui, Jimi Hendrix, Eric Clapton ou Stevie Ray Vaughan auraient peut-être choisi de jouer du violon ou de l’ukulélé plutôt que de la guitare électrique. A 82 ans, Buddy Guy continue d’influencer tout guitariste qui s’aventure sur les douze mesures du blues. Il était, le  samedi 27 octobre, la tête d’affiche d’une épatante “nuit du blues” à l’opéra de Monaco, en avant goût du festival de jazz. On y a découvert le gros son et la grosse voix du frenchie Manu Lanvin qui a dynamité un répertoire de classiques  blues à grands coups de riffs incendiaires et de solis tonitruants.

Après ça, l’irlandais Johnny Gallagher l’a joué plus en finesse et a, une nouvelle fois, emballé le public monégasque qui  commence à bien le connaître,  avec ses bonnes chansons blues, sa barbe de ZZ Top  et son beau toucher de guitare. La star de la soirée lui a d’ailleurs rendu hommage en le faisant monter sur scène avec lui au rappel.

En mode décontract’, sapé comme un campeur descendu faire une partie de boules,  papy Buddy a fait le show   sans trop forcer son (immense) talent. C’est dommage,  car son groupe actuel est très bon,  sa voix est magnifique et son jeu de guitare est toujours incisif. On aurait préféré moins de gimmicks (descente dans la foule, solos à rallonge, distribution de médiators, …) et plus de chansons,  mais on est quand même drôlement content d’avoir vu la légende en action.

 

R.I.P Charles Aznavour (1924-2018)

Événement|

Charles Aznavour s’est éteint à l’âge de 94 ans. Véritable monument de la chanson française, il était acclamé comme tel dans le monde entier, où il continuait de se produire. Nous avons eu la chance de le rencontrer à plusieurs reprises, la dernière fois en 2016, chez lui  dans sa propriété des Alpilles,  à Mouriès,  où il est décédé. On avait une fois encore été épaté par sa jeunesse, sa vitalité et sa vivacité d’esprit. Voici l’interview qu’il nous avait accordée…  Salut l’artiste ! 

C’est une grande maison, presqu’une hacienda, remplie de trophées et de souvenirs.On y accède par une allée majestueuse qui traverse un parc à la française, impeccablement tenu. La fraîcheur et la pénombre intérieures contrastent avec la fournaise du dehors.Après avoir traversé le hall et la salle de billard, on retrouve le maître de maison dans une vaste pièce qui sert à la fois de bureau de salle de télévision et de bar, grâce à un comptoir en zinc récupéré d’un vieux bistrot. Partout au mur, des photos, des disques d’or et, sur les étagères, une imposante collection de dvd. Charles Aznavour, 92 printemps, finit de regarder un vieux film de Burt Lancaster sur le grand écran TV, sa chienne Fifi couchée sur les genoux. Il se lève et nous accueille avec la même cordialité que jadis (les années 80), lorsqu’on allait le visiter, chaque été, dans sa maison de Saint-Tropez…

Pourquoi avoir abandonné le Var pour les alpilles?

J’en avais marre de St Tropez.Non pas du village, ni de ses habitants, que j’aime beaucoup.J’y ai gardé beaucoup d’amis… Mais c’est devenu une foire d’empoigne.Du tourisme people de bas étage. Plus moyen de se balader tranquille sur le port… C’est un ami journaliste Jacques Bessis qui m’a amené ici, il y a 20 ans, en me disant qu’il y avait une maison à vendre, à côté de la sienne. L’endroit m’a tellement plu qu’on est allé directement chez le notaire. Pourtant il n’y avait presque rien : une vielle bâtisse à démolir et 4000 m 2 de terrain que j’ai agrandis petit à petit en rachetant des lots mitoyens.Ca m’a permis de planter des oliviers et plein d’autres choses.Aujourd’hui on a de tout, de l’eau, des légumes, des fruits… On peut vivre en autarcie, les quatre mois où j’y suis…

C’est comme ça que vous être devenu producteur d’huile d’olive?
Oui, j’ai planté deux hectares d’oliviers.Ca m’a coûté un bras! Je commence juste à amortir cette année une partie de ce que j’ai investi. On fait de l’huile Aznavour.Elle est très demandée. Les meilleures huiles d’olive du monde viennent d’ici et je peux vous dire que j’en ai goûté! La preuve, c’est que l’Élysée a été un de nos premiers clients et il l’est toujours.

Comment sont vos relations avec le pouvoir?
Elles sont très bonnes. On sait où me trouver quand on a besoin de moi pour représenter la France à l’étranger.Je l’ai encore fait au Brésil et au Japon.Je m’entends bien avec François Hollande même si je n’ai pas voté pour lui et que je lui ai dit (il m’a répondu en riant : « Je m’en doutais un peu »). J’aime bien Valls aussi.J’apprécie les gens qui savent taper du poing sur la table quand il le faut.Malgré nos différents fiscaux, j’ai toujours eu de bonnes relations avec les socialistes.J’ai versé une larme à la mort de Michel Rocard, que j’aimais beaucoup.

Vous savez déjà pour qui vous voterez l’an prochain?
Oui, mais ne comptez pas sur moi pour vous le dire. D’abord parce que je ne voudrais pas que la communauté arménienne se croie obligée de faire pareil.ensuite parce que j’ai horreur de perdre… (rires).Vous n’aurez pas de confidences politico-aznavouriennes!

Parlons boulot alors.Vous êtes demandé partout : comment choisissez-vous vos galas?
Au plus offrant! (rires) Je privilégie l’étranger, Pas seulement pour des raisons fiscales, mais parce qu’on n’est plus beaucoup à y aller, Je croise encore un peu Nana Mouskouri, mais plus grand monde d’autre.Patricia Kaas marche moins qu’avant j’ai l’impression.Heureusement, il y a Zaz qui cartonne.Je vois ses affiches partout où je vais.Elle a tout ce qui faut pour faire une très belle carrière, si elle gère bien.

Vous ne vous êtes jamais lassé des tournées?

Non, jamais.Je fais moins de concerts mais je continue à aller partout où on me demande. Il n’y aura qu’en Turquie que je n’aurais pas chanté.Je le regrette, car c’est le pays de ma mère.Mais tant qu’ ils ne feront aucun effort vers la reconnaissance du génocide arménien, je n’irai pas.

On ne vous voit plus au cinéma, par contre et c’est bien dommage…

J’ai arrêté parce que ça devenait trop difficile de mémoriser les textes. Sur scène, ce n’est pas pareil, j’ai un prompteur…Et je ne suis pas le seul! (rires) Mais au cinéma, je ne me vois pas coller des bouts de papiers partout sur le plateau ou utiliser une oreillette comme le font certains.

Lequel de vos films préférez-vous?
Celui qui m’a le plus servi c’est Tirez sur le pianiste (Truffaut 1960 N.D.L.R).Il m’a ouvert les portes de l’Amérique. La première fois que j’ai fait le Carnegie Hall, il y avait plein de musiciens de jazz dans la salle.Tout le monde s’attendait à ce que je joue du piano! (rires)

À quoi occupez-vous vos journées lorsque vous ne chantez pas?

J’écris tout le temps. J’ai toujours trois chansons en route, comme ça quand je bloque sur une je finis l’autre. J’ai déjà la matière pour faire deux albums : un normal, l’autre de chansons inédites comme celle que j’ai écrit pour la comédie musicale Cléopâtre et qu’ils n’ont pas retenu. Je fais pas mal de classement aussi : 83 ans de carrière, ça fait pas mal de trucs à ranger! (rires).Je lis beaucoup aussi.J’ai tous les livres religieux mais je ne suis toujours pas croyant.Comme je n’ai rien fait de mal dans ma vie, si Dieu existe, il ne m’en voudra pas.Et s’il n’existe pas, je ne lui en voudrai pas non plus ! (rires).Sinon, regarde des films et quand je suis ici je m’occupe de ma propriété.Il y a de quoi faire ! (Ce disant, il se lève nous raccompagne à la porte et grimpe dans une voiturette de golf avec son régisseur pour faire le tour du propriétaire)

Monaco Yacht Show

Événement|

(Photos Guillaume Jahan de Lestang)

Organisé depuis 1991 dans l’emblématique port Hercule en Principauté de Monaco, le Monaco Yacht Show (MYS) est le plus époustouflant des salons nautiques. Chaque année, une centaine de  superyachts parmi les plus luxueux au monde et construits par les plus grands chantiers,  y sont exposés et visitables. On estime à 2,5 milliards d’euros la valeur des unités amarrées dans le port durant le salon. Du 26 au 29  septembre , toute  l’industrie du yachting était présente au  MYS 2018,  où une quarantaine de nouveaux lancements ont été effectués  pour des unités de 50 mètres et plus. 580 sociétés exposantes et partenaires participent au succès florissant du salon. Monaco reste la plus belle vitrine d’exposition pour les décisionnaires du marché, constructeurs de superyachts, designers, manufactures de luxe et agences de courtage maritime...  

Les Voiles de Saint Tropez

Événement|

(Photos Gilles Martin-Raget)

 Tous le savent:  héritières de la Nioulargue, Les Voiles de Saint Tropez,  sont  le rendez-vous incontournable de la fin de l’été, the place to be, the place to sail .  Elles fêtaient cette année leur 20 e anniversaire et pour l’occasion 300 des plus beaux bateaux au monde, modernes ou classiques, se sont affrontés au large de Saint Tropez,  du 29 septembre au 7 octobre,  pour le plus grand bonheur des participants,  comme des spectateurs. Le spectacle était autant sur terre que sur mer.