Ça vient de sortir

/Ça vient de sortir

Les plus belles années d’une vie

ça vient de sortir|

Le pitch

Ils se sont connus voilà bien longtemps. Un homme et une femme, dont l’histoire d’amour fulgurante, inattendue, saisie dans une parenthèse devenue mythique, aura révolutionné notre façon de voir l’amour. Aujourd’hui, l’ancien pilote de course se perd un peu sur les chemins de sa mémoire. Pour l’aider, son fils va retrouver celle que son père n’a pas su garder mais qu’il évoque sans cesse. Anne (Anouk Aimée) va revoir Jean-Louis (JL Trintignant) et reprendre leur histoire où ils l’avaient laissée

Ce qu’on en pense

53 ans après,  Claude Lelouch réunit à nouveau Anouk Aimée et Jean Louis Trintignant pour une deuxième suite à Un Homme et une femme (Palme d’or 1966). Un cas unique dans l’histoire du cinéma. On craint le pire (vous avez dit géronto-porn?) et c’est le meilleur qui surgit à l’écran.  Il suffit que Lelouch monte les images d’hier sur celles d’aujourd’hui pour que l’émotion surgisse.  Revoir Anouk Aimée et Jean Louis Trintignant  et les trouver toujours aussi beaux, malgré les ravages du temps…  L’amour et le cinéma, ont cette vertu magique.  La musique chabadabada arrive (en 2cv !) au bout de 40 minutes et on fond. Les bonnes idées pullulent : comme celle de superposer  les images de Trintignant jeune au volant de sa Ford Mustang  sur celles de sa fameuse traversée de Paris au petit matin (C’était un rendez-vous : 18 feux rouges brûlés à un train d’enfer). Personne n’est dupe ( “Il n’y a qu’au cinéma que les histoires finissent bien” dit Jean-Louis à Anne ), mais c’est tellement bon de faire semblant d’y croire. Du bon, du beau , du grand Lelouch.

Rocketman

ça vient de sortir|

Le pitch

Rockstar adulée, Elton John (Taron Egerton) débarque en costume de scène à une réunion des Alcooliques Anonymes et raconte comment il est devenu alcoolique et accro à tout ce qui existe comme drogues…

Ce qu’on en pense

Quelques mois après le phénoménal succès de Bohemian Rhapsody,  consacré au groupe Queen et à son chanteur Freddie Mercury , débarque sur les écrans un nouveau biopic rock : celui d’Elton John. Anobli par la Reine, le pianiste et chanteur anglais a vendu plus de disques que Queen. Le film, réalisé par Dexter Fletcher,  qui avait repris en cours la réalisation de Bohemian Rhapsody (et sauvé le projet), n’a pas connu le même succès faramineux, malgré son lancement en fanfare à Cannes ?  Cela s’explique sans doute par le fait que, contrairement à Freddie Mercury, Elton n’est pas mort jeune et en pleine gloire. C’est aujourd’hui un papa gâteau de 72 ans, au physique de banquier et sa personnalité fascine sans doute moins que celle de Mercury. Le film le cantonne un peu trop aussi dans les clichés du gamin mal-aimé par sa mère et son père qui devient,  par la grâce d’un talent de musicien hors norme, une méga star planétaire, s’autodétruit dans les excès et se fait exploiter par un manager sans scrupules dont il a eu le tort de tomber amoureux… La prestation de Taron Egerton est, par contre,  épatante. Il  incarne la rockstar à la perfection et chante même à sa place (ce qui n’était pas le cas de Rami Maleck pour Freddie Mercury). Les scènes musicales sont encore meilleures que celles de Bohemian Rhapsody. On regrette même que Dexter Fletcher n’ait pas osé en faire une vraie comédie musicale,  car les plus réussies sont celles qui participent directement à la narration. Comme celle de «Saturday Night’s Alright» en ouverture chorégraphiée. Ou celle de «Crocodile Rock», au cours de laquelle la star et le public s’envolent littéralement. Rocketman rend également justice à Bernie Taupin, parolier des plus grandes chansons d’Elton, resté dans son ombre et avec lequel il collabore pourtant toujours, 50 ans après leur première rencontre. Il met aussi en lumière le rôle décisif de son premier manager, producteur de la vieille école, qui l’a incité à aller sans attendre conquérir les States , en lui donnant ce conseil avisé : «Mets leur en plein la vue et ne te tue pas avec les drogues !». Une excellente édition vidéo qui devrait faire regretter à ceux qui ont fait la fine bouche à sa sortie en salles de ne pas être allé le voir sur grand écran en son Dolby. 

Darrieussecq : La mer à l’envers

ça vient de sortir|

Par MAB

Comment mieux résumer  La mer à l’envers de Marie Darrieussecq que par cet extrait de la page 154 : « On est déjà bien enfoncé dans ce troisième millénaire qui la faisait rêver, enfant. Mais dans aucun rêve, aucun, elle ne parlait avec un garçon de l’âge de son fils, émigré du Niger, blessé dans un campement de fortune, sur un écran portatif qui ferait aussi téléphone, le tout dans une voiture hybride. » ?  Celle qui pense ainsi s’appelle Rose. Elle est à la fois une femme ordinaire et l’héroïne du récit. Et ce Younés qu’elle veut rejoindre pour tenter de le sauver, est un jeune migrant. Elle l’a croisé en mer, quand le paquebot de croisière sur lequel elle passait des vacances « ridicules » avec ses enfants a repêché une embarcation de fortune. Elle lui a alors donné le portable de son fils Gabriel. A l’insu de tous, ils sont restés en contact par géolocalisation. Elle fait aujourd hui, les mille kilomètres qui séparent le pays basque, où elle vit, de Calais,  où il survit. Elle deviendra hors la loi en l’hébergeant… « Il est impossible aujourd’hui de ne pas savoir ce qui se passe en Méditerranée, affirme Marie Darrieusscq. Tous les matins, on doit gérer une énorme culpabilité. Elle est plus forte que jamais » Pour autant, son roman n’a rien de moralisateur. Il s’inspire des témoignages que la romancière recueille de la Porte de la Chapelle à Calais et de Calais au Niger quand elle joue comme elle le dit à « la dame de charité ». Son récit est vif, précis, souvent drôle, très contemporain dans son style. Elle ne fait pas de Rose une sainte. Juste une femme ordinaire, perdue dans son époque et bousculée par une émotion providentielle. C’est bien.

Sibyl

ça vient de sortir|

Le pitch

Psychanalyste, Sibyl (Virginie Efira) souhaite se consacrer à l’écriture de fiction, qu’elle a déjà pratiqué par le passé. Pour s’en donner le temps, elle commence à se séparer de ses patients,  mais ne peut résister à l’appel au secours d’une jeune actrice dépressive, Madeleine (Adèle Exarchopoulos). Enceinte du partenaire de son premier film (joué par Gaspard Ulliel), Madeleine se demande  si elle doit garder le bébé ou se faire avorter.Son amant est un séducteur et un menteur invétéré.En plus, il est en couple avec la réalisatrice du film (Sandra Hüller) !  La situation est déjà compliquée,  mais l’intervention de Sibyl va la rendre encore plus complexe. En panne d’inspiration pour son roman, la psy  se sert des confessions de Madeleine pour nourrir sa fiction, tout en projetant sur elle ses propres échecs sentimentaux… Lorsque Madeleine l’appelle sur le tournage, à Stromboli, pour l’assister psychologiquement, la situation devient totalement explosive et incontrôlable

Ce qu’on en pense

Vous l’avez aimée en avocate désastreuse dans Victoria ? Vous allez l’adorer en psy-catastrophe dans Sibyl. Virginie Efira  confirme un talent qui ne fait que croître et embellir dans le nouveau film de Justine Triet.  Pour ce qui est seulement son troisième long métrage,  la réalisatrice  de La Bataille de Solférino et Victoria  tisse une comédie psychanalytique brillante sans être trop cérébrale qui lui a valu une première sélection en compétition à Cannes. Le film embarque le spectateur dans les méandres de la psychée dérangée de ses personnages et joue très habilement avec les mises en abîmes et les effets miroirs.  Réalité, fiction, cinéma et création littéraire s’entrechoquent dans un maelstrom de sentiments, de sexe, de névroses et d’humour décalé. Intelligent, émouvant, brillamment mis en scène et drôle à la fois,  Sibyl  a tout pour séduire.      

Aladdin

ça vient de sortir|

Le pitch

Quand un charmant garçon des rues du nom d’Aladdin (Mena Massoud) cherche à conquérir le cœur de la belle, énigmatique et fougueuse princesse Jasmine (Naomi Scott), il fait appel au tout-puissant Génie (Will Smith), le seul qui puisse lui permettre de réaliser trois vœux, dont celui de devenir le prince Ali pour mieux accéder au palais.Mais le puissant et cruel Jafar (Marwan Kenzari) qui veut être sultan à la place du sultan (Navid Negahban) risque de contrarier ses plans...

Ce qu’on en pense

On pouvait craindre beaucoup de ce remake d’Aladdin en prises de vues réelles, venant derrière un dessin animé et une comédie musicale ayant tous deux connu un très grand succès. Surtout réalisé par un cinéaste aussi bourrin et tape à l’œil que Guy Ritchie (Sherlock Holmes, Agents très spéciaux).La surprise n’en est que meilleure. Le film est une superbe réussite avec un couple Aladdin/Jasmine (Mena Massoud et Naomi Scott) frais et charmant, une reconstitution du royaume digne des Mille et une nuits, des effets spéciaux réussis, des chorégraphies bollywoodiennes, une belle intégration des passages chantés et des scènes d’action enlevées et pas trop répétitives. Seul petit bémol : le méchant incarné par Marwan Kenzari est un peu fade. Mais c’est l’interprétation du génie par Will Smith qui fait toute la différence. Même peint en bleu et à demi reconstitué en images de synthèse avec la musculature d’Arnold Schwarzenegger, Smith est « génial » dans les scènes de pure comédie comme dans celles exigeant de l’émotion.« J’étais terrifié de passer après Robin Williams (la voix US du dessin animé N.D.L.R.) qui avait fait une composition géniale, confiait l’acteur lors de sa venue à Paris pour l’avant-première. Mais un rôle où je pouvais à la fois chanter, danser et jouer la comédie, ça ne se refuse pas. J’ai essayé de donner au génie un côté hip-hop qu’il n’avait pas dans le dessin animé. Mais je suis surtout fier que le film transmette un message aussi humaniste et féministe ». Car, cerise sur le gâteau, en plus de toutes ses qualités, cet Aladdin 2019 est un film qui milite pour la cause des femmes, avec une Jasmine très « girl power ». « Une évolution tout à fait naturelle du personnageJe n’ai pas eu à forcer le trait » affirme Guy Ritchie. Une superbe édition vidéo assortie de nombreux bonus. 

Douleur et gloire

ça vient de sortir|

Le pitch

La gloire de  Salvador Mallo (Antonio Banderas) appartient au passé. La douleur, en revanche, est son présent : c’est simple,  le réalisateur a mal partout ! Perclus de douleurs, Mallo  s’est coupé du monde. Réfugié dans un appartement musée/mausolée, où n’entrent plus que sa bonne mexicaine et Mercedes, son agent/infirmière dévouée (Nora Navas). La projection à la Cinémathèque de Madrid d’une version restaurée de son chef-d’œuvre va pourtant le tirer de sa retraite. Et fournir l’occasion de retrouvailles inattendues : avec Alberto (Asier Etxeandia) l’acteur-vedette du film, avec lequel il est fâché depuis 30 ans, avec Federico (Leonardo Sbaraglia) ancien amant adoré, avec son enfance (Asier Flores dans le rôle du petit Mallo), avec sa mère (Penélope Cruz et Julietta Serano), avec son passé et, peut-être, aussi avec son avenir…

Ce qu’on en pense

Un homme entre deux âges, qui flotte entre deux eaux… Dès son premier plan , le nouveau film d’Almodóvar annonce le programme.  Avec ce film-confession, intime et magnifique, Almodóvar signe une de ses plus belles réalisations.Peut-être son chef-d’œuvre. Souvent drôle, toujours émouvant, personnel mais jamais narcissique, d’une fluidité totale dans ses allers-retours temporels, d’une beauté époustouflante, écrit au cordeau et joué à la perfection, épuré de toute grandiloquence baroque, c’est l’œuvre d’un grand maître en pleine possession de son art. En ne parlant que de lui (le film aurait pu s’appeler Tout sur moi-même), Almodóvar parle à tous les hommes, à tous les fils et à toutes les mères. La sienne est si importante dans sa vie qu’il lui faut pas moins de deux actrices pour la jouer. Penélope Cruz l’incarne jeune (et elle est merveilleuse), Julietta Serano la joue à la fin de sa vie. La scène où ils se disent adieu est une des plus déchirantes qu’on ait vues au cinéma. Antonio Banderas, rarement aussi bien servi en rôle et en dialogues, est une révélation.

The Dead Don’t Die

ça vient de sortir|

 

Le pitch

Dans la sereine petite ville de Centerville USA (738 âmes), quelque chose cloche. La lune est omniprésente dans le ciel, la lumière du jour se manifeste à des horaires imprévisibles et les animaux commencent à avoir des comportements inhabituels. Personne ne sait vraiment pourquoi. Les nouvelles sont effrayantes et les scientifiques sont inquiets. Mais personne ne pouvait prévoir l’évènement le plus étrange et dangereux qui allait s’abattre sur Centerville :  les morts sortent de leurs tombes et s’attaquent sauvagement aux vivants pour s’en nourrir. La bataille pour la survie commence pour les habitants de la ville…

Ce qu’on en pense

Sous ses airs de petite comédie horrifique sans importance,  le nouveau film de Jim Jarmusch (Ghost Dog, Only Lovers Left Alive, Paterson  cache  une vision du monde désespérée (mais drôle) et un bel hommage au cinéma de genre,  avec force clins d’œil et citations (George Romero bien sûr,  mais aussi Tarantino et Jarmusch lui-même). C’est plus qu’on n’en attendait du film d’ouverture du Festival de  Cannes 2019,  qu’on avait pu croire se trouver là par défaut (Tarantino n’était pas sur de pouvoir livrer à temps) et pour son casting à réveiller le tapis rouge, sinon les morts : Bill Murray, Tilda Swinton, Adam Driver, Chloé Sevigny, Danny Glover, Steve Buscemi, Selena Gomez, Tom Waits et Iggy Pop (tous parfaits). Savoureux démarquage du film de zombies The Dead Don’t Die est plus sérieux qu’il n’y paraît, avec un message écolo un tantinet apocalyptique :   « Ça va mal finir»  ne cesse de le prédire l’adjoint du shérif (joué par Adam Driver). Ces morts-vivants,  qu’un changement d’axe de la terre peut-être dû à des travaux de “fracturation polaire” a réveillés,  n’étaient-ils pas déjà morts, sans le savoir, d’avoir trop consommé et  surexploité  les ressources de la planète ? C’est ce que pense Bob L’Ermite (Tom Waits), observateur détaché du désastre,  auquel revient le mot de la fin : «Quel monde de merde !». Quand Walking Dead rejoint Une Vérité qui dérange ! 

 

 

Stephan Eicher: Homeless Songs

ça vient de sortir|

En procès avec son ancienne maison de disque, Stephan Eicher n’avait plus sorti d’albums de chansons originales depuis des années. Son cas enfin réglé, il s’est empressé de publier celles qu’il avait continué d’écrire avec (ou sans ) son complice habituel, l’écrivain Philippe Djian. Résultat, ce disque de «chansons sdf»,  sur lesquelles l’helvète underground s’est permis des expérimentations qu’il n’aurait peut-être pas osées dans l’optique d’un nouvel album. Certaines pourront dérouter,  mais l’ensemble donne un disque inspiré et d’une grande richesse musicale. On mesure en l’écoutant combien il nous avait manqué et on a hâte de les écouter en live lors de la prochaine tournée qui s’arrêtera en novembre au théâtre Anthéa à Antibes

Interview : Nolwenn Leroy

ça vient de sortir|

Au naturel, Nolwenn ressemble tellement à un mélange d’Isabelle Adjani et de Sophie Marceau qu’on se demande comment le cinéma ou la télévision ne l’ont pas encore détournée des salles de concert. Mais on s’en réjouit en écoutant son  album Folk, charmante collection de reprises millésimées 70’s, qu’elle vient chanter à Monaco et au Cannet. Pour l’ occasion, Nolwenn nous a raconté le makin of de ce disque boisé et chaleureux, qui sent bon le patchouli et le “Sacré Géranium” cher à Dick Annegarn…

Pourquoi un disque «folk»?
La folk me semblait une évidence, comme une extension de Bretonne. Je n’avais pas envie de faire un Bretonne 2.Travailler sur ce répertoire de chansons romantiques et engagées m’a fait un bien fou. La folk est une musique plus associée aux États-Unis, évidemment, qu’à la France.Pourtant, il y a eu un vrai mouvement en France avec Alan Stivell, Nino Ferrer, Dick Annegarn, Malicorne.Même Cabrel ou Yves Simon… Il y a sur l’album des chansons peu connues mais qu’on a gardées quelque part en tête. J’avais envie de les faire découvrir à une nouvelle génération.

Qu’est-ce que le terme de «folk» recouvre pour vous?
Pour moi, ça veut dire populaire. C’est un mot que j’aime beaucoup, qui a du sens et qui représente quelque chose d’important dans ma vie en tant qu’artiste. «Folklore», dans mon esprit, ça n’a pas le sens péjoratif qu’il peut revêtir dans un milieu parisien. Le folklore, c’est beau. Ce sont des chansons qui réveillent des émotions enfouies, qui rassemblent et réconfortent les jours de pluie.Ce sont des chansons amies comme dans «That’s all folks».Des sons de guitare chaleureux, des mélodies enveloppantes, qui font du bien. L’album que j’emmènerais sur une île déserte, il serait forcément folk:Fleetwood Mac, Neil Young, CS & N ou Dylan…

Il n’y a pas de reprises en anglais pourquoi?
Je voulais rester sur le concept de «folk française».Les reprises en anglais ce sera pour un second volume si celui-là plaît.

Comment s’est fait l’enregistrement?
On a tout enregistré en «live dans le studio» à Paris.Moi au micro et les musiciens autour. Trois ou quatre prises pour chaque chanson. Pas de coupes, pas de bidouillages: on garde la meilleure prise, avec les imperfections que ça peut comporter. C’est là que l’émotion arrive. Dick Annegarn m’a dit que cet album devait sentir le géranium, pas la rose. Pas dans la minauderie, juste un truc terrien. On en revient à l’émotion brute à l’instantanéité. Ca m’a fait du bien de travailler comme cela, car je suis souvent dans la recherche de perfection, à cause de ma formation au conservatoire. Là, on joue ensemble, on respire ensemble, on fait de la musique ensemble.C’est l’essence même du métier.Pour la tournée ce sera la même chose. Je vais me mettre à la guitare, en plus du violon et du piano. Tant pis pour les maladresses! J’espère qu’on fera les grands festivals cet été. Cette musique est faite pour ça. J’ai vécu des moments tellement extraordinaires avec Bretonne. Je voudrais bien retrouver ce feeling.

Comment conciliez-vous la vie de famille et les tournées depuis que vous êtes maman?
Comme toutes les mamans qui travaillent: je fais de mon mieux! Mon fils me suit partout.On reste en famille.Je ne l’ai pas lâché une seule journée depuis qu’il est né. C’est une vie de nomades, mais qu’est-ce qui peut être mieux pour un bébé que d’être toujours avec sa mère? Je ne connais pas d’enfants traumatisés parce qu’on s’en est trop occupés! (rires). Cela demande beaucoup d’organisation, mais ça fait du bien aussi dans ce métier égocentrique.Ca remet bien les pieds sur terre de pouponner, ça permet de prendre du recul sur le reste.

Premier et dernier disques achetés?
Le premier acheté, c’était le 45 tours de «Dangerous» de Michael Jackson.J’adorais la pochette.J’ai passé des heures à la regarder en écoutant le disque.On pouvait rentrer dans l’univers du chanteur par la pochette à l’époque. J’essaie de soigner ce côté-là pour mes propres albums, même si je sais que ce n’est plus pareil avec les CD et le streaming. Michael Jackson est resté mon chanteur de référence. Le dernier disque que j’ai acheté, c’est l’album de Cat Power, The Wanderer, qui me plaît beaucoup avec la photo de son fils et de sa guitare sur la pochette. J’aime sa voix et sa mélancolie. Ses chansons sont magnifiques.


BB Brunes : Visage

ça vient de sortir|

 C’est sur la plage qu’on les a rencontrés, mais leur album est celui de la rentrée. Venus en juin le présenter au Midem à Cannes, les BB Brunes Adrien Gallo, Félix Hemmen et Bérald Crambes, nous ont raconté la genèse de Visage, leur cinquième albumUn disque de 11 titres enjoués qui chantent l’adolescence et l’amour, comme s’ils étaient encore au lycée et que les années 80 ne s’étaient jamais terminées.L’album a la fraîcheur et l’innocence des premiers Téléphone ou Indochine. Avec le son des années 80: une production pleine de synthés vintage et de guitares guillerettes qui tranche avec leurs disques précédents. C’est Samy Osta, le producteur de Feu, Chatterton ! (entre autres) qui les a aidés à accoucher des onze chansons de Visage : “ Son idée était de nous faire jouer en live, en cinq ou six prises, et de garder la meilleure, explique Bérald, le bassiste du groupe. Ça nous allait bien car ces chansons sont nées pendant la dernière tournée et on avait commencé à les jouer en concert. C’était comme un retour aux sources“. « C’est un album qu’on a fait très vite, poursuit Adrien, le chanteur des BB. Pas parce qu’on était pressés, mais parce que ça coulait de source, naturellement. On l’a bouclé en à peine un mois“.C’est sans doute ce qui lui donne sa fraîcheur juvénile et son urgence. Adrien évoque à son propos « un mélange de T Rex et de Nino Ferrer ».

A l’écoute, on pense plutôt à Bijou– que les BBB affirment mal connaître- pour les morceaux les plus rock et à plein de références new wave pour les autres. La production Low Fi de Samy Osta donne un côté brut et rock à ces chansons qui flirtent parfois avec la bluette : « J’ai commencé à écrire les textes dans une période de convalescence amoureuse, puis j’ai retrouvé mon premier amour , confie Adrien.C’étaient des sentiments forts, ça m’a donné des ailes et je me suis lâché ». Au Midem, le groupe s’est prêté à une vraie-fausse session d’enregistrement dans le studio mobile de Dynaudio qui, installé devant le Palais des festivals dans une zone ouverte au public, était une des nouvelles attractions du salon. Les BBB ont ensuite donné un set acoustique dans le Palais, à l’invitation de l’application Songkick. L’occasion de vérifier que les premiers titres sortis en single « Visage », « Habibi », « La Plus belle de toutes les filles » fonctionnaient parfaitement en live. « En fait, on a commencé à les jouer en concerts avant de les enregistrer et on a été surpris de voir qu’au bout de quelques concerts, les fans connaissaient déjà les paroles par cœur.C’était plutôt bon signe » remarque AdrienPour revoir les BB Brunes en concert dans la région, où ils se sont produits à maintes reprises depuis dix ans, il faudra attendre l’année prochaine : “ On devrait démarrer une tournée des clubs en janvier après la sortie de l’album, confient-ils. Il nous tarde de retrouver l’ambiance des concerts. ”.Et nous de retrouver leur nouveau Visage en live.

Iggy Pop : Free

ça vient de sortir|

Les figures tutélaires de David Bowie et de Lou Reed hantent le nouvel album (on n’ose pas écrire le dernier) d’Iggy Pop, intitulé Free , probablement en référence aux éclairs jazz qui le traversent de part en part. Le trompettiste texan Leron Thomas et la guitariste Sarah Lipstate (alias Noveller) sont les invités vedettes de ce disque,  qui tranche avec la production passée ou récente de l’Iguane, notamment l’antepénultième album, Post Pop Depression , produit et joué par Josh Homme des Queen of the Stone Age. La trompette jazz remplace la guitare fuzz sur la plupart des titres qui sonnent plus trip hop que rock. Les compos de la première partie de l’album (plages 1 à 6) sont superbes et la voix d’Iggy y fait merveille. Ça se gâte un peu par la suite,  avec un final qui alterne instrumentaux jazz et  spoken word à la manière des derniers Bowie (Dark Star) et Lou Reed. Iggy récite d’ailleurs un poème oublié du Lou (“We Are The People“) pendant que Leron Thomas agonise à la trompette en fond sonore. La noirceur sépulcrale du dernier titre (ironiquement intitulé “The Dawn”, l’aube) donne à l’ensemble un côté testamentaire de mauvais augure. Mais tout dans tout, Free est, sans conteste,  l’un des meilleurs albums de la carrière d’Iggy en solo.

Ma vie avec John F. Donovan

ça vient de sortir|

Le Pitch

Dix ans après la mort de John F.Donovan (Kit Harington), acteur vedette de séries télé pour ados, un jeune comédien à succès, Rupert Turner (Ben Schnetzer) raconte dans une interview la correspondance qu’il a jadis entretenue avec cet homme et l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives

Ce qu’on en pense

Massacré par la critique US, entièrement remonté et écourté d’une heure,  le premier film “américain” de Xavier Dolan (Mommy, Juste la fin du monde…) méritait mieux qu’une sortie en salles en quasi catimini. Casting étoilé (Natalie Portman, Susan Sarandon, Kit Harington, Kathy Bates…), critique d’Hollywood, fascination pour le cinéma,réflexion sur la célébrité, éloge de la différence, réalisation et  montage virtuoses… Il avait pourtant toutes les qualités d’un “bon Xavier Dolan”.  A réévaluer en vidéo. 

Lana Del Rey : NFR

ça vient de sortir|

Teasé depuis des mois sur internet et les réseaux sociaux, le nouvel album de Lana Del Rey, Norman Fucking Rosswell, est enfin disponible. Pas de surprise à la première écoute:  l’ensemble est conforme à ce que donnaient à entendre les 6 titres que la chanteuse a distillé en ligne au fil des mois : un album languide, pour ne pas dire molasson, dans lequel Lana chante le plus souvent en piano-voix, creusant  un peu plus la veine laid back/Laurel Canyon ouverte avec les albums  précédents. Il y a de bonnes chansons (presque toutes en fait),  mais l’ensemble est beaucoup trop monocorde pour soutenir l’intérêt jusqu’au quatorzième titre. Cet album-là, il faudra faire des efforts pour l’aimer. Et le visuel moche de la pochette ne va pas nous y aider !

 

Avengers : Endgame

ça vient de sortir|

Le pitch

Thanos (Josh Brolin)  ayant anéanti la moitié de l’univers, les Avengers survivants resserrent les rangs pour le combattre…   

Ce qu’on en pense

On était sorti épuisé (mais heureux) du dernier volet de la saga Avengers, Infinity War qui ne durait pourtant «que» 2h35 et était probablement le meilleur épisode de la saga.  Les Frères Russo, toujours aux commandes de la franchise, ont rajouté une demi-heure pour ce nouvel épisode, supposé être le dernier  (Endgame : fin de partie). Autant dire qu’il faut s’armer de courage pour affronter la séance. Et réviser sa physique  ! C’est dans le monde quantique que se battent les super héros survivants, car seul un saut de dimension pourrait leur permettre de rétablir l’ordre de l’univers, à moitié détruit dans l’épisode précédent, et faire revivre leurs amis disparus. Heureusement , on a déjà eu un avant goût des voyages quantiques dans le dernier Ant-Man... Tout cela ravira les afficionados de l’univers Marvel (dont c’est le 22e film) qui se sont rués sur la bande annonce (289 millions de vues en 24h record absolu pour un film). Ils sont entre de bonnes mains avec les frères Russo : Endgame tient ses promesses et offre une bonne conclusion (provisoire) aux aventures des Avengers.  

James Lee Burke : Robicheaux

ça vient de sortir|

You know my name” dit la jacquette américaine du bouquin. Effectivement : depuis qu’on a fait connaissance avec Dave Robicheaux au mitan des années 80 dans  The Neon Rain (Légitime Defense en VF) , on suit avec délice les aventures du flic poissard de New Iberia  (Louisiane). Robicheaux est sa vingt et unième et le titre laisse penser qu’elle pourrait résumer toutes les autres.  En attrapant le bouquin,  on a d’ailleurs cru, vue l’épaisseur, qu’il pourrait s’agir d’une sorte de best of ou d’un recueil de nouvelles inédites. Mais non. On retrouve Dave meurtri par la mort de sa femme Molly, victime d’un chauffard, tout près de replonger dans ses vieux démons : l’alcool et la violence.  Sa fille Alafair (qui porte le même nom que celle de l’auteur et exerce le même métier : écrivain) accourt pour le soutenir. Trop tard:  le responsable de l’accident de Molly est retrouvé battu à mort et tout accuse Robicheaux  qui,  le soir du crime,  s’est justement payé  une cuite royale et a fait un black-out. Comme si cela ne suffisait pas, son vieux pote Clete (un tas d’emmerdes sur pattes, mais aussi un cœur généreux) est menacé de mort par les types auxquels il a emprunté de l’argent qu’il ne peut (et ne veut) évidemment pas rembourser… On fait aussi la connaissance de deux femmes flics dures à cuire, d’un futur sénateur au passé trouble, d’un riche héritier qui veut devenir producteur de cinéma, d’un écrivain célèbre et de sa femme à moitié folle et d’un tueur psychopathe qui sourit aux enfants et se fait appeler Smiley,  mais s’avère être l’exécuteur des basses œuvres d’on ne sait quel commanditaire… Le tout sur fond de bayou hanté par des fantômes de soldats confédérés en butternut. Ah, la Louisiane !  Un Etat qui , sous la plume volontiers lyrique de Burke, ressemble  à  “un asile psychiatrique en plein air dans lequel des millions de gens sont bourrés la plupart du temps” et où “La cirrhose est un héritage familial.”…  Disons-le tout net : Robicheaux est le meilleur JL Burke ( donc le meilleur polar) qu’on ait lu  depuis des lustres.  Le chef d’oeuvre testamentaire d’un écrivain de 82 ans, dont la saga a déjà inspiré un de ses meilleurs films à Bertrand Tavernier (Dans la brume électrique) et qui n’attend plus que la consécration d’Hollywood.