JP Dubois : Tous les hommes…

//JP Dubois : Tous les hommes…

JP Dubois : Tous les hommes…

Par MAB

« L’homme est un ours qui a mal tourné ».  Jean-Paul Dubois, l’auteur de « L’Amérique m’inquiète » le prouve encore une fois avec un roman de 240 pages qu’il a intitulé « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ». Un roman mélancolique qui va marquer cette rentrée et qu’il faut donc surveiller jusqu’aux prix littéraires. On y découvre un brave type, prénommé Paul (comme beaucoup de héros de Dubois), qui croupit dans une prison de Montréal en compagnie d’un imposant Hell’s Angel dont la seule crainte, à l’instar de Samson, est qu’on lui coupe les cheveux !  Que fait ce placide fils de pasteur dans cette cellule ? Il le dira lui-même à la fin de son récit. Mais auparavant, il se remémorera son enfance à Toulouse (La ville de Dubois) déchiré entre un père presbytérien Danois et une mère, exploitante d’un cinéma « art et essai » qui en 1972, affiche le scandaleux « Gorge profonde ». Puis son exil au Canada à la suite de ce père divorcé et radié de son diocèse en raison de sa passion du jeu…À vous de découvrir la suite. Autrement dit comment alors qu’il est un paisible quinquagénaire, concierge dans une résidence de luxe de Montréal, Paul devient meurtrier… L’univers singulier  de Jean-Paul Dubois est tout entier dans ce récit de vie de cinq décennies, qui s’étale de la France au Canada en passant par le Danemark. Le portrait en demi teinte d’un homme ni meilleur ni pire que les autres, mais écrasé par les coups du sort et les aléas de sa destinée. Pour souligner l’absurdité de toute existence, l’humanité de son personnage et les épouvantables conditions des prisonniers, Dubois oscille en permanence entre étonnement, bienveillance, tendresse et humour à vif. Son nouveau roman au style très anglo-saxon est comme les précédents, pessimiste mais jamais cynique. Il se dévore.  

 

By |août 10th, 2019|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

deux × 4 =