Pennac: La Loi du rêveur

//Pennac: La Loi du rêveur

Pennac: La Loi du rêveur

Par MAB

On savait Daniel Pennac écrivain original, livrant régulièrement au lecteur les péripéties rocambolesques de sa tribu Malaussène. On le découvre ici plus singulier que jamais. Totalement flou et totalement insaisissable. Cherchant à prouver avec « La loi du rêveur », son nouveau roman, que sa vocation d’écrivain est né de sa capacité à rêver. Après une dédicace au psychanalyste JB Pontalis , auteur entre autre du «  Dormeur éveillé», il n y aura donc pas, ici, de récit ou d’essai construit. Rien qui pourrait ressembler à «  La Fée Carabine » ou au formidable «  Comme un roman ». Mais une succession de visions personnelles et de rêves intimes par lesquels imaginaire et réalité se confondent et se répondent. De courts chapitres à la structure déroutante où revient comme un leitmotiv, un hommage au maestro Federico Fellini, le réalisateur d’«Amarcord » qui «  notait tous ses rêves tous les matins ». Disons le clairement, ce n’est pas un livre captivant. Pas du tout hypnotique, comme le sujet pourrait le laisser envisager. C’est même plutôt ennuyeux malgré la permanence d’une écriture belle et moderne. Mais les clins d œil à la vie et l’oeuvre de l’auteur des célèbres « Kamo ». Mais l’humanisme doux et les bons sentiments qui font le terreau de sa littérature. Mais cet hédonisme du quotidien et ce goût bienheureux pour les sensations et vibrations …pourront satisfaire les rêveurs d’aujourd hui et les fans de toujours. Au fond, la leçon à tirer de cet ouvrage vite lu et oublié, c’est que l’on devrait tous noter nos rêves. C’est ce que demandait Pennac à ses élèves au temps où il était prof de français.

By |février 28th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

5 × trois =