Lara Jenkins

//Lara Jenkins

Lara Jenkins

Le pitch

Comme tous les autres matins, Lara (Corinna Harfouch) débute sa journée par une cigarette et une tasse de thé. Aujourd’hui est un jour important : elle a 60 ans et c’est le premier concert de piano donné par son fils Viktor (Tom Schilling). Elle le soutient depuis ses débuts et se considère comme déterminante dans son succès. Mais Viktor est injoignable depuis des semaines et Lara n’a pas été conviée à l’événement…

Ce qu’on en pense

Sur une thématique assez proche de celle de L’Audition de Ina Weisse, sorti en novembre, Jan-Ole Gerster signe un portrait de femme blessée, entre drame familial et comédie noire.Le film commence par une tentative de suicide comiquement avortée et se poursuit avec les errements de l’héroïne (Corinna Harfouch, croisement de Nathalie Baye et Charlotte Rampling) dans un Berlin aussi froid et vide que son cœur. On ne sait jamais ce qu’elle mijote,  ni pourquoi elle est si mauvaise avec ceux qui lui tendent la main et si faible avec ceux qui la morde. Mais on comprend bien qu’elle est seule responsable de ses misères. Du bon cinéma allemand, quelque part entre Haneke, Bergman et Maren Ade.

By |mai 15th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × 1 =