Jeux Indés : Part 1

//Jeux Indés : Part 1

Jeux Indés : Part 1

Par Cédric Coppola

IRON DANGER

Jamais avare quant à nous dévoiler des jeux indépendants, Daedalic entertainment a jeté son dévolu sur « Iron Danger ». Une véritable curiosité qui sort des sentiers battus et déconcerte par son univers atypique à la fois inspiré du folklore finlandais et du Steampunk. Si la vue en plongée reprend celle des Diablo, le jeu se différencie du hack’n slash par ses combats où il faut calculer chacun de ses coups et les mouvements des adversaires… Mais pas de panique : le mode Transe fait tout le sel de cette production signée Action Squad Studios. Ce pouvoir permet en effet de figer le temps pour revenir en arrière et corriger ses erreurs. Seul hic, celui-ci est limité et les ennemis sont passés maîtres dans l’art de l’anticipation. Dotée d’éléments RPG avec un arbre de compétences plutôt fourni, d’une durée de vie solide (près de 20h) et de graphismes soignés, la proposition a de quoi satisfaire le gamer en recherche de jeux différents. (Jeu testé sur PC)

 

 SKELATTACK

Avis à tous les joueurs friands de Metroidvania en 2D… et de Souls Like ! Baptisé « Skelattack » le bébé du studio Ukuza vous invite à prendre le contrôle d’un petit squelette qui en plus d’essayer de retrouver sa mémoire doit protéger le monde de l’au-delà des humains qui souhaitent dérober une précieuse flamme qui maintient la paix. Un scénario prétexte pour faire parcourir des niveaux labyrinthiques et bourrés de secrets au petit tas d’os. Ennemis vicieux, plateformes mouvantes, level-design calculé au pixel prêt. La formule est (bien) appliquée à la lettre et certaines situations sont vraiment cotons. Petite originalité dans un jeu du genre, la mort fait perdre des cristaux durement acquis… Pour les récupérer il faut se rendre à l’endroit où on a échoué. Plus facile à dire qu’à faire… et comme ces joyaux servent de monnaie pour améliorer son personnage et ses compétences, autant dire qu’il vaut mieux être constamment sur ses gardes. Autres spécificités : la légèreté du squelette. Celui-ci est si vif qu’un temps d’adaptation est nécessaire avant de multiplier les doubles sauts sans tomber dans un piège. Idem en ce qui concerne les bonds sur les parois, très nombreux. Un coup à prendre ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

1971 PROJECT HELIOS

A défaut de renouveler le genre du jeu de stratégie au tour par tour cher à « X-Com », « 1971 Project Helios » soigne la richesse de son univers pour convaincre les gamers. A ce niveau, les développeurs de Meridiem games et Reco Technology n’ont pas fait les choses à moitié et plongent un groupe de huit mercenaires dans un monde dystopique, où la glace a recouvert la planète. Des survivants aux capacités propres qui s’unissent dans le but de retrouver un scientifique, seul capable de mettre fin à cette horreur. Comme on peut s’en douter, le voyage a plus d’importance que la destination. En plus de varier les environnements, le jeu ne se sert pas du froid comme simple décor puisqu’il a une réelle incidence sur la santé de ses protégés. Il faut donc dépenser habilement et rapidement ses points d’action pour vaincre les ennemis et tracer sa route.  Arbre de compétence, histoire bien ficelée et bande son de qualité sont d’autres atouts de ce titre parfois confus, mais envoutant. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

 

 

By |juin 20th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

treize + 18 =