Fairy Tail

Fairy Tail

Par Cédric Coppola

 

S’il n’est pas le manga le plus connu dans l’hexagone, « Fairy Tail » jouit d’une belle réputation. Fort de 63 tomes publiés entre 2006 et 2017, l’œuvre d’Hiro Mashima a aussi été adapté en série animée et en OAV…. Ainsi qu’en jeu vidéo sur différents portables comme la PSP ou les Smartphones. Cette nouvelle incursion vidéoludique marque donc un tournant, puisqu’il s’agit d’un jeu d’aventures à parcourir sur les consoles de salon PS4 et Switch ainsi que sur PC. De quoi donc, ravir les fans. D’ailleurs le jeu édité par Koei Tecmo s’adresse principalement à ces derniers, puisque l’action ne débute pas au milieu du manga mais dans sa seconde moitié, depuis l’Ile de Tenro jusqu’à l’arc consacré à Tataros. Dommage pour les néophytes tant l’occasion était belle pour faire découvrir la licence à une nouvelle génération de gamers, qui devront se mettre à jour avant de commencer le périple des jeunes mages. Plutôt que d’innover, « Fairy Tail » assume son déroulé classique, fait de phases d’exploration et de combats au tour par tour. C’est efficace et le fait de pouvoir choisir parmi une vingtaine de personnages emblématiques apporte de la diversité aux affrontements. Une des thématiques centrales étant l’amitié, voir les héros s’unir pour lancer un combo dévastateur fait toujours son petit effet. Certes, on n’est pas au niveau du monstre « Persona 5 » mais l’ensemble est cohérent et tient en haleine durant près de trente heures, voire plus pour qui souhaite obtenir le score maximum. A noter que certaines missions font plus office de remplissage et sont répétitives. Cependant mieux vaut les remplir pour ne pas se retrouver en position de faiblesse face à quelques ennemis coriaces. Quant à la partie technique, elle assure l’essentiel. Le Cel Shading permet des graphismes colorés et colle à l’esprit originel. On aurait cependant aimé plus de séquences animées pour dynamiser un peu l’ensemble, parfois un peu trop statique lors des phases de dialogues. Enfin, impossible de ne pas mentionner la présence de sous titres en français, ce qui est toujours un plus dans ce genre de production (les voix peuvent être en anglais ou en VO japonaise) ainsi que le côté épique qui se dégage de cette proposition qui sans être un incontournable, a de quoi divertir les adorateurs du royaume de Fiore. (Jeu testé sur Nintendo Switch)

By |août 20th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × 3 =